Nations Unies - Collection des traités à l’Internet
Skip Navigation Links
    UNTS Document   
 
État au : 23-04-2014 05:01:22EDT
CHAPITRE XXVII
ENVIRONNEMENT
7 .a Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
Kyoto, 11 décembre 1997
Entrée en vigueur
:
16 février 2005, conformément au paragraphe 1 de l'article 25conformément au paragraphe 3 de l'article 25 qui se lit comme suit : " À l'égard de chaque Partie ou organisation régionale d'intégration éonomique qui ratifie, accepte ou approuve le présent Protocole ou y adhère une fois que les conditions requises pour l'entrée en vigueur énoncée au paragraphe 1 ci-dessus ont été remplies, le présent Protocole entre en vigueur le quatre-vingt-dixième jour qui suit la date du dépôt par cet État ou cette organisation de son instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion.".
Enregistrement :
16 février 2005, No 30822
État :
Signataires : 83. Parties : 192. 1
Texte :
Nations Unies, Recueil des Traités , vol. 2302, p.148; notifications dépositaires C.N.101.2004.TREATIES-1 du 11 février 2004 [Proposition de corrections des textes originaux du Protocole (versions arabe et française)] et C.N.439.2004.TREATIES-4 du 12 mai 2004 [Corrections des textes originaux du Protocole (versions arabe et française)]; et C.N.380.2007.TREATIES-5 du 17 avril 2007 (Adoption d'un admendement à l'Annexe B du Protocole).
Note :
Le Protocole à été adopté à la troisième session de la Conférence des Parties contractantes à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992 (“la Convention”), tenue à Kyoto (Japon) du 1 au 11 décembre 1997. Le Protocole sera ouvert à la signature des États et organisations d'intégration économiques régionales qui sont Parties à la Convention au Siège de l'Organisation des Nations Unies à New York du 16 mars 1998 au 15 mars 1999, conformément au paragraphe 1 de l'article 24.
Participant
Signature
Ratification, Acceptation(A), Adhésion(a), Approbation(AA)
Afghanistan
  25 mars 2013 a
Afrique du Sud
  31 juil 2002 a
Albanie
   1 avr 2005 a
Algérie
  16 févr 2005 a
Allemagne
29 avr 1998
31 mai 2002
Angola
   8 mai 2007 a
Antigua-et-Barbuda
16 mars 1998
 3 nov 1998
Arabie saoudite
  31 janv 2005 a
Argentine
16 mars 1998
28 sept 2001
Arménie
  25 avr 2003 a
Australie
29 avr 1998
12 déc 2007
Autriche
29 avr 1998
31 mai 2002
Azerbaïdjan
  28 sept 2000 a
Bahamas
   9 avr 1999 a
Bahreïn
  31 janv 2006 a
Bangladesh
  22 oct 2001 a
Barbade
   7 août 2000 a
Bélarus
  26 août 2005 a
Belgique
29 avr 1998
31 mai 2002
Belize
  26 sept 2003 a
Bénin
  25 févr 2002 a
Bhoutan
  26 août 2002 a
Bolivie (État plurinational de)
 9 juil 1998
30 nov 1999
Bosnie-Herzégovine
  16 avr 2007 a
Botswana
   8 août 2003 a
Brésil
29 avr 1998
23 août 2002
Brunéi Darussalam
  20 août 2009 a
Bulgarie
18 sept 1998
15 août 2002
Burkina Faso
  31 mars 2005 a
Burundi
  18 oct 2001 a
Cabo Verde
  10 févr 2006 a
Cambodge
  22 août 2002 a
Cameroun
  28 août 2002 a
Canada 2
[29 avr 1998 ]
[17 déc 2002 ]
Chili
17 juin 1998
26 août 2002
Chine 3
29 mai 1998
30 août 2002 AA
Chypre
  16 juil 1999 a
Colombie
  30 nov 2001 a
Comores
  10 avr 2008 a
Congo
  12 févr 2007 a
Costa Rica
27 avr 1998
 9 août 2002
Côte d'Ivoire
  23 avr 2007 a
Croatie
11 mars 1999
30 mai 2007
Cuba
15 mars 1999
30 avr 2002
Danemark 4
29 avr 1998
31 mai 2002
Djibouti
  12 mars 2002 a
Dominique
  25 janv 2005 a
Égypte
15 mars 1999
12 janv 2005
El Salvador
 8 juin 1998
30 nov 1998
Émirats arabes unis
  26 janv 2005 a
Équateur
15 janv 1999
13 janv 2000
Érythrée
  28 juil 2005 a
Espagne
29 avr 1998
31 mai 2002
Estonie
 3 déc 1998
14 oct 2002
États-Unis d'Amérique
12 nov 1998
 
Éthiopie
  14 avr 2005 a
Ex-République yougoslave de Macédoine
  18 nov 2004 a
Fédération de Russie
11 mars 1999
18 nov 2004
Fidji
17 sept 1998
17 sept 1998
Finlande
29 avr 1998
31 mai 2002
France
29 avr 1998
31 mai 2002 AA
Gabon
  12 déc 2006 a
Gambie
   1 juin 2001 a
Géorgie
  16 juin 1999 a
Ghana
  30 mai 2003 a
Grèce
29 avr 1998
31 mai 2002
Grenade
   6 août 2002 a
Guatemala
10 juil 1998
 5 oct 1999
Guinée
   7 sept 2000 a
Guinée-Bissau
  18 nov 2005 a
Guinée équatoriale
  16 août 2000 a
Guyana
   5 août 2003 a
Haïti
   6 juil 2005 a
Honduras
25 févr 1999
19 juil 2000
Hongrie
  21 août 2002 a
Îles Cook
16 sept 1998
27 août 2001
Îles Marshall
17 mars 1998
11 août 2003
Îles Salomon
29 sept 1998
13 mars 2003
Inde
  26 août 2002 a
Indonésie
13 juil 1998
 3 déc 2004
Iran (République islamique d')
  22 août 2005 a
Iraq
  28 juil 2009 a
Irlande
29 avr 1998
31 mai 2002
Islande
  23 mai 2002 a
Israël
16 déc 1998
15 mars 2004
Italie
29 avr 1998
31 mai 2002
Jamaïque
  28 juin 1999 a
Japon
28 avr 1998
 4 juin 2002 A
Jordanie
  17 janv 2003 a
Kazakhstan
12 mars 1999
19 juin 2009
Kenya
  25 févr 2005 a
Kirghizistan
  13 mai 2003 a
Kiribati
   7 sept 2000 a
Koweït
  11 mars 2005 a
Lesotho
   6 sept 2000 a
Lettonie
14 déc 1998
 5 juil 2002
Liban
  13 nov 2006 a
Libéria
   5 nov 2002 a
Libye
  24 août 2006 a
Liechtenstein
29 juin 1998
 3 déc 2004
Lituanie
21 sept 1998
 3 janv 2003
Luxembourg
29 avr 1998
31 mai 2002
Madagascar
  24 sept 2003 a
Malaisie
12 mars 1999
 4 sept 2002
Malawi
  26 oct 2001 a
Maldives
16 mars 1998
30 déc 1998
Mali
27 janv 1999
28 mars 2002
Malte
17 avr 1998
11 nov 2001
Maroc
  25 janv 2002 a
Maurice
   9 mai 2001 a
Mauritanie
  22 juil 2005 a
Mexique
 9 juin 1998
 7 sept 2000
Micronésie (États fédérés de)
17 mars 1998
21 juin 1999
Monaco
29 avr 1998
27 févr 2006
Mongolie
  15 déc 1999 a
Monténégro
   4 juin 2007 a
Mozambique
  18 janv 2005 a
Myanmar
  13 août 2003 a
Namibie
   4 sept 2003 a
Nauru
  16 août 2001 a
Népal
  16 sept 2005 a
Nicaragua
 7 juil 1998
18 nov 1999
Niger
23 oct 1998
30 sept 2004
Nigéria
  10 déc 2004 a
Nioué
 8 déc 1998
 6 mai 1999
Norvège
29 avr 1998
30 mai 2002
Nouvelle-Zélande 5
22 mai 1998
19 déc 2002
Oman
  19 janv 2005 a
Ouganda
  25 mars 2002 a
Ouzbékistan
20 nov 1998
12 oct 1999
Pakistan
  11 janv 2005 a
Palaos
  10 déc 1999 a
Panama
 8 juin 1998
 5 mars 1999
Papouasie-Nouvelle-Guinée
 2 mars 1999
28 mars 2002
Paraguay
25 août 1998
27 août 1999
Pays-Bas 6
29 avr 1998
31 mai 2002 A
Pérou
13 nov 1998
12 sept 2002
Philippines
15 avr 1998
20 nov 2003
Pologne
15 juil 1998
13 déc 2002
Portugal
29 avr 1998
31 mai 2002 AA
Qatar
  11 janv 2005 a
République arabe syrienne
  27 janv 2006 a
République centrafricaine
  18 mars 2008 a
République de Corée
25 sept 1998
 8 nov 2002
République démocratique du Congo
  23 mars 2005 a
République démocratique populaire lao
   6 févr 2003 a
République de Moldova
  22 avr 2003 a
République dominicaine
  12 févr 2002 a
République populaire démocratique de Corée
  27 avr 2005 a
République tchèque
23 nov 1998
15 nov 2001 AA
République-Unie de Tanzanie
  26 août 2002 a
Roumanie
 5 janv 1999
19 mars 2001
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord 7, 8
29 avr 1998
31 mai 2002
Rwanda
  22 juil 2004 a
Sainte-Lucie
16 mars 1998
20 août 2003
Saint-Kitts-et-Nevis
   8 avr 2008 a
Saint-Marin
  28 avr 2010 a
Saint-Vincent-et-les Grenadines
19 mars 1998
31 déc 2004
Samoa
16 mars 1998
27 nov 2000
Sao Tomé-et-Principe
  25 avr 2008 a
Sénégal
  20 juil 2001 a
Serbie
  19 oct 2007 a
Seychelles
20 mars 1998
22 juil 2002
Sierra Leone
  10 nov 2006 a
Singapour
  12 avr 2006 a
Slovaquie
26 févr 1999
31 mai 2002
Slovénie
21 oct 1998
 2 août 2002
Somalie
  26 juil 2010 a
Soudan
   2 nov 2004 a
Sri Lanka
   3 sept 2002 a
Suède
29 avr 1998
31 mai 2002
Suisse
16 mars 1998
 9 juil 2003
Suriname
  25 sept 2006 a
Swaziland
  13 janv 2006 a
Tadjikistan
  29 déc 2008 a
Tchad
  18 août 2009 a
Thaïlande
 2 févr 1999
28 août 2002
Timor-Leste
  14 oct 2008 a
Togo
   2 juil 2004 a
Tonga
  14 janv 2008 a
Trinité-et-Tobago
 7 janv 1999
28 janv 1999
Tunisie
  22 janv 2003 a
Turkménistan
28 sept 1998
11 janv 1999
Turquie
  28 mai 2009 a
Tuvalu
16 nov 1998
16 nov 1998
Ukraine
15 mars 1999
12 avr 2004
Union européenne
29 avr 1998
31 mai 2002 AA
Uruguay
29 juil 1998
 5 févr 2001
Vanuatu
  17 juil 2001 a
Venezuela (République bolivarienne du)
  18 févr 2005 a
Viet Nam
 3 déc 1998
25 sept 2002
Yémen
  15 sept 2004 a
Zambie
 5 août 1998
 7 juil 2006
Zimbabwe
  30 juin 2009 a
Déclarations et Réserves
(En l'absence d'indication précédant le texte, la date de réception est celle
de la ratification, de l'acceptation, de l'approbation ou de l'adhésion.)
Fédération de Russie

Déclaration :
       La Fédération de Russie part de l'hypothèse que les obligations qui découlent du Protocole auront de sérieuses conséquences sur le développement social et économique du pays. La décision de ratifier le Protocole a donc été prise après une analyse approfondie de tous les facteurs, notamment l'importance que présente le Protocole pour la promotion de la coopération internationale, et compte tenu du fait que le Protocole ne pourra entrer en vigueur que si la Fédération de Russie le ratifie.
       Le Protocole fixe des coefficients pour les émissions dans l'atmosphère de gaz à effet de serre que chacune des parties signataires est tenue de réduire pendant la première période de son application - c'est-à-dire de 2008 à 2012.
       Les coefficients relatifs aux émissions dans l'atmosphère de gaz à effet de serre que les parties au Protocole sont tenues de réduire pendant la deuxième période et les périodes suivantes d'application du Protocole, c'est-à-dire après 2012, seront fixés par voie de négociations entre les parties au Protocole, qui devraient être entamées en 2005. La Fédération de Russie se prononcera sur sa participation au Protocole pendant la deuxième période et les périodes suivantes de son application sur la base des résultats de ces négociations.

France

Lors de la signature : Déclaration interprétative :
       “ La République française se réserve la possibilité, lors de la ratification [dudit Protocole], d'exclure ses territoires d'outre-mer du champ d'application de ce Protocole.”

Lors de la ratification :
       "La ratification par la République française du Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques du 11 décembre 1997 doit être interprétée dans le cadre de l'engagement souscrit conformément à l'article 4 du Protocole par la Communauté européenne, dont elle est indissociable.  Elle ne rend donc pas applicable ce Protocole aux territoires de la République française auxquels le Traité instituant la Communauté européenne n'est pas applicable.
       Toutefois et conformément à l'article 4, paragraphe 6 du Protocole, la République française demeure individuellement responsable du niveau de ses propres émissions dans le cas où le niveau total cumulé des réductions d'émissions ne pourrait être atteint."

Îles Cook

Lors de la signature :

Déclaration :
       Le Gouvernement des Îles Cook estime que la signture et la ratification ultérieure du Protocole de Kyoto ne sauraient constituer une renonciation à des droits reconnus par le droit international en ce qui concerne la responsabilité des États pour les effets dommageables des changements climatiques et qu'aucune disposition du Protocole ne peut être interprétée comme une dérogation aux principes du droit international général.
       À cet égard, le Gouvernement des Îles Cook déclare en outre qu'au vu des meilleures données et évaluations scientifiques disponibles sur les changements climatiques et leurs effets, il considère que l'obligation de réduire les émissions prévue à l'article 3 du Protocole de Kyoto est insuffisante pour prévenir les effets dangereux de l'activité humaine sur le système climatique.

Irlande

Lors de la signature :

Déclaration :
       La Communauté européenne et les États membres, y compris l'Irlande, rempliront les engagements qu'ils ont pris respectivement au regard du paragraphe 1 de l'article 3 du Protocole, conformément aux dispositions de l'article 4.

Kiribati

Déclaration :
       Le Gouvernement de la République de Kiribati déclare que son adhésion au Protocole de Kyoto ne doit en aucune manière être entendue comme une renonciation à des droits prévus par le droit international concernant la responsabilité des États découlant des effets préjudiciables des changements climatiques et qu'aucune disposition du Protocole ne saurait être interprétée comme une dérogation aux principes du droit international général.

Nauru

Déclarations :
       ...Le Gouvernement de la République de Nauru déclare qu'il croit comprendre que la ratification du Protocole de Kyoto n'emporte en aucune manière renonciation de tous droits dévolus par le droit international touchant la responsabilité des États en ce qui concerne des effets négatifs du changement climatique;
       Le Gouvernement de la République de Nauru déclare également, à la lumière des dernières informations scientifiques disponibles et compte tenu des évaluations du chanement climatique et de ses impacts, que les réductions d'émissions obligatoires en vertu de l'article 3 du Protocole de Kyoto sont insuffisantes pour prévenir une dangereuse incidence de l'activité humaine sur le système climatique;
       Et pour autant qu'aucune des dispositions du présent Protocole ne puisse être interprétée comme dérogeant aux principes du droit international général;...

Nioué

Lors de la signature :

Déclaration :
       Le Gouvernement niouéen déclare que, selon son interprétation, la ratification du Protocole de Kyoto ne constitue en aucune manière une renonciation à l’un quelconque des droits découlant du droit international en ce qui concerne la responsabilité des États pour les effets néfastes des changements climatiques et qu’aucune disposition de la Convention ne peut être interprétée comme dérogeant aux principes du droit international général.
       À cet égard, le Gouvernement niouéen déclare en outre qu’à la lumière des données scientifiques et évaluations les plus sûres concernant les changements climatiques et leur impact, il considère que les obligations en matière de réduction des émissions inscrites à l’article 3 du Protocole de Kyoto ne suffiront pas à empêcher toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique.

République arabe syrienne

Déclaration:
       L'adhésion de la République arabe syrienne audit Protocole ne signifie nullement que la Syrie reconnaît Israël ou qu'elle entretiendra des rapports avec Israël dans le cadre des dispositions du Protocole.

Union européenne

Lors de la signature :

Déclaration :
       La Communauté européenne et ses États membres rempliront conjointement, conformément aux dispositions de l'article 4, leurs engagements prévus à l'article 3, paragraphe 1, du protocole.

Lors de l’approbation :
       Declaration faite par la Communauté européenne conformément à l'alinéa 3 de l'article 24 du Protocole de Kyoto.
       Les États suivants sont actuellement membres de la Communauté européenne : le Royaume de Belgique, le Royaume du Danemark, la République fédérale d'Allemagne, la République hellénique, le Royaume d'Espagne, la République française, l'Irlande, la République italienne, le Grand-Duché de Luxembourg, le Royaume des Pays-Bas, la République d'Autriche, la République portugaise, la République de Finlande, le Royaume de Suède et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.
       La Communauté européenne déclare que, conformément au Traité instituant la Communauté européene, et en particulier à l'alinéa 1) de l'article 175 de ce traité, elle a compétence pour conclure des accords internationaux et faire respecter les obligations qui en découlent, en vue d'atteindre les objectifs suivants :
       -   Préserver l'environnement, le protéger et en améliorer la qualité;
       - Protéger la santé des êtres humains;
       - Assurer une utilisation prudente et rationnelle des ressources naturelles;
       - Promouvoir, au niveau international, l'adoption de mesures visant à régler les problèmes  écologiques régionaux ou mondiaux.
       La Communauté européenne déclare qu'aux fins du respect des engagements chiffrés de réduction des émissions qu'elle a pris en vertu du Protocole, elle-même et ses États membres prendront des mesures dans les limites de leurs compétences respectives, et qu'elle a déjà adopté, dans les domaines couverts par le Protocole, des instruments juridiques contraignants pour ses États membres.
       Conformément à l'alinéa 2 dmunauté européenne communiquera régulièrement, parmi les informations supplémentaires qu'elle fera figurer dans la communication nationale établie conformément à l'article 12 de la Convention pour faire la preuve qu'elle s'acquitte de ses engagements au titre du Protocole, des renseignements sur les instruments juridiques communautaires pertinents.

End Note
1.Aux fins de l’entrée en vigueur [de la Convention/du Protocole] , tout instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion déposé par une organisation d'intégration économique régionale ne doit être considéré en plus de ceux déposés par les États membres de cette organisation.
2.Conformément au paragraphe 2 de l’article 27 du Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le Gouvernement du Canada a notifié au Secrétaire général de sa décision de se retirer du Protocole de Kyoto, à la date indiquée ci-après :

3

Participant :Date de la notification :Date de prise d'effet :
Canada15 déc 201115 déc 2012

3.Par une communication reçue le 30 août 2002, le Gouvernement de la République populaire de Chine a informé le Secrétaire général de ce qui suit :

Conformément à l’article 153 de la Loi fondamentale de 1990 de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine et à l’article 138 de la Loi fondamentale de 1993 de la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine, le Gouvernement de la République populaire de Chine décide que, à titre provisoire, le Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ne s’applique ni à la Région administrative spéciale de Hong Kong ni à la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine.

Par une communication reçu le 8 avril 2003, le Gouvernement de la République populaire de Chine a informé le Secrétaire général de ce qui suit :

En application des dispositions de l'article 153 de la Loi fondamentale de 1990 de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine, le Gouvernement de la République populaire de Chine décide que la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et le Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques s'appliquent à la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine.

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques continue de s'appliquer dans la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine. Le Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ne s'applique pas à la Région administrative spéciale Macao de la République populaire de Chine jusqu'à notification contraire du Gouvernement chinois.

Par une communication reçu le 14 janvier 2008, le Gouvernement de la République populaire de Chine a informé le Secrétaire général de ce qui suit :

Conformément à l’article 138 de la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine, le Gouvernement de la République populaire de Chine decide que le Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques s’applique à la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine.

4.Avec une exclusion territoriale à l’égard des îles Féroés.
5.Avec la déclaration suivante:

... conformément au statut constitutionnel des Tokélaou et compte tenu de leur engagement à accéder à l'autonomie au moyen d'un acte d'autodétermination çonforme à la Charte des Nations Unies, la présente ratification ne s'appliquera aux Tokélaou que lorsque le Gouvernement néo-zélandais aura déposé une Déclaration à ce sujet auprès du dépositaire à la suite d'une consultation appropriée avec ce territoire.

6.Pour le Royaume en Europe.
7.Par une communication reçu le 27 mars 2007, le Gouvernement argentin a notifié le Secrétaire général de ce qui suit :

La République argentine élève une objection à l'extension de l'application territoriale aux Îles Malvinas au Protocole de Kyoto à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques du 11 décembre 1997 notifiée par le Royaume-Uni de Grande-Bretange et d'Irlande du Nord au Dépositaire de la Convention le 7 mars 2007.

La République argentine réaffirme sa souveraineté sur les îles Malvinas, la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud ainsi que sur les espaces maritimes environnants qui font partie intégrante de son territoire national et rappelle que l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté les résolutions 2065 (XX), 3160 (XXVIII), 31/49, 37/9, 38/12, 39/6, 40/21, 41/40, 42/19 et 43/25, dans lesquelles elle reconnaît l'existence du conflit de souveraineté et prie les Gouvernements de la République argentine et du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord d'entamer des négociations afin de trouver une solution pacifique et définitive aux différends qui les opposent, notamment à tous les aspects du problème de l'avenir des îles Malvinas, conformément à la Charte des Nations Unies.

8.Le 4 avril 2006, le Gouvernement britannique a notifié au Secrétaire général que le Protocole s'appliquerait au Bailliage de Guernsey et l'Île de Man. Le 2 janvier 2007 : à l'égard de Gibraltar. Le 7 mars 2007 : à l'égard des Bermudes, les Îles Caïmanes et les Îles Falklands (Malvinas) et du Bailliage de Jersey.