Nations Unies - Collection des traités à l’Internet
Skip Navigation Links
    UNTS Document   
 
État au : 15-04-2014 08:07:12EDT
CHAPITRE XXVI
DÉSARMEMENT
5 . Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction
Oslo, 18 septembre 1997
Entrée en vigueur
:
1 mars 1999, conformément au paragraphe 1 de l'article 17.
Enregistrement :
1 mars 1999, No 35597
État :
Signataires : 133. Parties : 161
Texte :
Nations Unies,  Recueil des Traités , vol. 2056, p. 211; C.N.163.2003.TREATIES-2 du 3 mars 2003 (Proposition de corrections de l’original de la Convention (texte authentique arabe)] et C.N.270.2003.TREATIES-4 du 7 avril 2003 (acceptation).
Note :
La Convention susmentionnée a été conclue à Oslo le 18 septembre 1997 par la Conférence diplomatique sur l'interdiction totale des mines terrestres antipersonnel. Conformément à son article 15, la Convention a été ouverte à la signature de tous les États à Ottawa, Canada, du 3 décembre 1997 au 4 décembre 1997, et restera par la suite ouverte au Siège des Nations Unies à New York jusqu'à son entrée en vigueur. Par résolution 52/38/A l'Assemblée général des Nations Unies a salué  la  conclusion de la Convention à Oslo et prié le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies d'assurer l'assistance voulue et les services éventuellement nécessaires pour qu'il puisse accomplir les tâches qui lui sont confiées aux termes de la Convention.
Participant
Signature
Ratification, Acceptation(A), Approbation(AA), Adhésion(a), Succession(d)
Afghanistan
  11 sept 2002 a
Afrique du Sud
 3 déc 1997
26 juin 1998
Albanie
 8 sept 1998
29 févr 2000
Algérie
 3 déc 1997
 9 oct 2001
Allemagne
 3 déc 1997
23 juil 1998
Andorre
 3 déc 1997
29 juin 1998
Angola
 4 déc 1997
 5 juil 2002
Antigua-et-Barbuda
 3 déc 1997
 3 mai 1999
Argentine
 4 déc 1997
14 sept 1999
Australie
 3 déc 1997
14 janv 1999
Autriche
 3 déc 1997
29 juin 1998
Bahamas
 3 déc 1997
31 juil 1998
Bangladesh
 7 mai 1998
 6 sept 2000
Barbade
 3 déc 1997
26 janv 1999
Bélarus
   3 sept 2003 a
Belgique
 3 déc 1997
 4 sept 1998
Belize
27 févr 1998
23 avr 1998
Bénin
 3 déc 1997
25 sept 1998
Bhoutan
  18 août 2005 a
Bolivie (État plurinational de)
 3 déc 1997
 9 juin 1998
Bosnie-Herzégovine
 3 déc 1997
 8 sept 1998
Botswana
 3 déc 1997
 1 mars 2000
Brésil
 3 déc 1997
30 avr 1999
Brunéi Darussalam
 4 déc 1997
24 avr 2006
Bulgarie
 3 déc 1997
 4 sept 1998
Burkina Faso
 3 déc 1997
16 sept 1998
Burundi
 3 déc 1997
22 oct 2003
Cabo Verde
 4 déc 1997
14 mai 2001
Cambodge
 3 déc 1997
28 juil 1999
Cameroun
 3 déc 1997
19 sept 2002
Canada
 3 déc 1997
 3 déc 1997
Chili
 3 déc 1997
10 sept 2001
Chypre
 4 déc 1997
17 janv 2003
Colombie
 3 déc 1997
 6 sept 2000
Comores
  19 sept 2002 a
Congo
   4 mai 2001 a
Costa Rica
 3 déc 1997
17 mars 1999
Côte d'Ivoire
 3 déc 1997
30 juin 2000
Croatie
 4 déc 1997
20 mai 1998
Danemark
 4 déc 1997
 8 juin 1998
Djibouti
 3 déc 1997
18 mai 1998
Dominique
 3 déc 1997
26 mars 1999
El Salvador
 4 déc 1997
27 janv 1999
Équateur
 4 déc 1997
29 avr 1999
Érythrée
  27 août 2001 a
Espagne
 3 déc 1997
19 janv 1999
Estonie
  12 mai 2004 a
Éthiopie
 3 déc 1997
17 déc 2004
Ex-République yougoslave de Macédoine
   9 sept 1998 a
Fidji
 3 déc 1997
10 juin 1998
Finlande
   9 janv 2012 a
France
 3 déc 1997
23 juil 1998
Gabon
 3 déc 1997
 8 sept 2000
Gambie
 4 déc 1997
23 sept 2002
Ghana
 4 déc 1997
30 juin 2000
Grèce
 3 déc 1997
25 sept 2003
Grenade
 3 déc 1997
19 août 1998
Guatemala
 3 déc 1997
26 mars 1999
Guinée
 4 déc 1997
 8 oct 1998
Guinée-Bissau
 3 déc 1997
22 mai 2001
Guinée équatoriale
  16 sept 1998 a
Guyana
 4 déc 1997
 5 août 2003
Haïti
 3 déc 1997
15 févr 2006
Honduras
 3 déc 1997
24 sept 1998
Hongrie
 3 déc 1997
 6 avr 1998
Îles Cook
 3 déc 1997
15 mars 2006
Îles Marshall
 4 déc 1997
 
Îles Salomon
 4 déc 1997
26 janv 1999
Indonésie
 4 déc 1997
16 févr 2007
Iraq
  15 août 2007 a
Irlande
 3 déc 1997
 3 déc 1997
Islande
 4 déc 1997
 5 mai 1999
Italie
 3 déc 1997
23 avr 1999
Jamaïque
 3 déc 1997
17 juil 1998
Japon
 3 déc 1997
30 sept 1998 A
Jordanie
11 août 1998
13 nov 1998
Kenya
 5 déc 1997
23 janv 2001
Kiribati
   7 sept 2000 a
Koweït
  30 juil 2007 a
Lesotho
 4 déc 1997
 2 déc 1998
Lettonie
   1 juil 2005 a
Libéria
  23 déc 1999 a
Liechtenstein
 3 déc 1997
 5 oct 1999
Lituanie
26 févr 1999
12 mai 2003
Luxembourg
 4 déc 1997
14 juin 1999
Madagascar
 4 déc 1997
16 sept 1999
Malaisie
 3 déc 1997
22 avr 1999
Malawi
 4 déc 1997
13 août 1998
Maldives
 1 oct 1998
 7 sept 2000
Mali
 3 déc 1997
 2 juin 1998
Malte
 4 déc 1997
 7 mai 2001
Maurice
 3 déc 1997
 3 déc 1997
Mauritanie
 3 déc 1997
21 juil 2000
Mexique
 3 déc 1997
 9 juin 1998
Monaco
 4 déc 1997
17 nov 1998
Monténégro 1
  23 oct 2006 d
Mozambique
 3 déc 1997
25 août 1998
Namibie
 3 déc 1997
21 sept 1998
Nauru
   7 août 2000 a
Nicaragua
 4 déc 1997
30 nov 1998
Niger
 4 déc 1997
23 mars 1999
Nigéria
  27 sept 2001 a
Nioué
 3 déc 1997
15 avr 1998
Norvège
 3 déc 1997
 9 juil 1998
Nouvelle-Zélande
 3 déc 1997
27 janv 1999
Ouganda
 3 déc 1997
25 févr 1999
Palaos
  19 nov 2007 a
Panama
 4 déc 1997
 7 oct 1998
Papouasie-Nouvelle-Guinée
  28 juin 2004 a
Paraguay
 3 déc 1997
13 nov 1998
Pays-Bas 2
 3 déc 1997
12 avr 1999 A
Pérou
 3 déc 1997
17 juin 1998
Philippines
 3 déc 1997
15 févr 2000
Pologne
 4 déc 1997
27 déc 2012
Portugal
 3 déc 1997
19 févr 1999
Qatar
 4 déc 1997
13 oct 1998
République centrafricaine
   8 nov 2002 a
République démocratique du Congo
   2 mai 2002 a
République de Moldova
 3 déc 1997
 8 sept 2000
République dominicaine
 3 déc 1997
30 juin 2000
République tchèque
 3 déc 1997
26 oct 1999
République-Unie de Tanzanie
 3 déc 1997
13 nov 2000
Roumanie
 3 déc 1997
30 nov 2000
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord 3
 3 déc 1997
31 juil 1998
Rwanda
 3 déc 1997
 8 juin 2000
Sainte-Lucie
 3 déc 1997
13 avr 1999
Saint-Kitts-et-Nevis
 3 déc 1997
 2 déc 1998
Saint-Marin
 3 déc 1997
18 mars 1998
Saint-Siège
 4 déc 1997
17 févr 1998
Saint-Vincent-et-les Grenadines
 3 déc 1997
 1 août 2001
Samoa
 3 déc 1997
23 juil 1998
Sao Tomé-et-Principe
30 avr 1998
31 mars 2003
Sénégal
 3 déc 1997
24 sept 1998
Serbie 4
  18 sept 2003 a
Seychelles
 4 déc 1997
 2 juin 2000
Sierra Leone
29 juil 1998
25 avr 2001
Slovaquie
 3 déc 1997
25 févr 1999 AA
Slovénie
 3 déc 1997
27 oct 1998
Somalie
  16 avr 2012 a
Soudan
 4 déc 1997
13 oct 2003
Soudan du Sud
  11 nov 2011 d
Suède
 4 déc 1997
30 nov 1998
Suisse
 3 déc 1997
24 mars 1998
Suriname
 4 déc 1997
23 mai 2002
Swaziland
 4 déc 1997
22 déc 1998
Tadjikistan
  12 oct 1999 a
Tchad
 6 juil 1998
 6 mai 1999
Thaïlande
 3 déc 1997
27 nov 1998
Timor-Leste
   7 mai 2003 a
Togo
 4 déc 1997
 9 mars 2000
Trinité-et-Tobago
 4 déc 1997
27 avr 1998
Tunisie
 4 déc 1997
 9 juil 1999
Turkménistan
 3 déc 1997
19 janv 1998
Turquie
  25 sept 2003 a
Tuvalu
  13 sept 2011 a
Ukraine
24 févr 1999
27 déc 2005
Uruguay
 3 déc 1997
 7 juin 2001
Vanuatu
 4 déc 1997
16 sept 2005
Venezuela (République bolivarienne du)
 3 déc 1997
14 avr 1999
Yémen
 4 déc 1997
 1 sept 1998
Zambie
12 déc 1997
23 févr 2001
Zimbabwe
 3 déc 1997
18 juin 1998
Déclarations
(En l'absence d'indication précédant le texte, la date de réception est celle
de la ratification, de l'acceptation, de l'approbation de l'adhésion, ou de la succession.)
Argentine

Déclaration interprétative :
       La République argentine déclare qu'il existe des mines antipersonnel sur son territoire, les îles Malvinas.  Ce fait a été porté à la connaissance du Secrétariat général de l'Organisation des Nations Unies au moment où lui ont été communiqués les renseignements visés dans les résolutions de l'Assemblée générale 48/7, 49/215, 50/82 et 51/149 concernant l'`assistance au déminage'.
       Eu égard au fait que cette partie du territoire argentin est soumise à l'occupation illégale du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, la République argentine est empêchée de facto d'avoir accès, afin de s'acquitter des engagements résultant de la présente Convention, aux mines antipersonnel qui ont été posées dans les îles Malvinas.
       L'Assemblée générale des Nations Unies a pris note de l'existence d'un différend au sujet de la souveraineté sur les îles Malvinas, la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud et a exhorté la République argentine et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord à entamer des négociations afin de trouver, le plus rapidement possible, les moyens de régler le différend de façon pacifique et définitive, par l'entremise des bons offices du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, lequel devra tenir l'Assemblée générale au courant des progrès réalisés (résolutions 2065 (XX), 3160 (XXVIII), 31/49, 37/9, 38/12, 39/6, 40/21, 41/40, 42/19 et 43/25).  Le Comité spécial de la décolonisation s'est exprimé dans le même sens, et il adopte chaque année une résolution dans laquelle il déclare que, pour mettre fin à cette situation coloniale, il faut régler le différend au sujet de la souveraineté de manière définitive, pacifique et négociée et demande aux deux gouvernements de reprendre les négociations à cette fin.  La dernière en date de ces résolutions a été adoptée le 1er juillet 1999.
       La République argentine Sandwich du Sud, ainsi que sur les espaces marins environnants qui font partie intégrante de son territoire national.

Australie

Déclaration :
       L'Australie entend que, dans le contexte des opérations, exercices ou autres activités militaires autorisées par les Nations Unies ou menées par ailleurs conformément au droit international, la participation de la Force de défense australienne ou de citoyens ou résidents australiens à titre individuel, à de telles opérations, exercices ou autres activités militaires menées conjointement avec les forces armées d'États non parties à la Convention qui pratiquent des activités interdites en vertu de la Convention ne sera pas, par elle-même, réputée constituer une violation de la Convention.
       L'Australie entend que, relativement à l'alinéa a) de l'article premier, le mot "employer" signifie la pose physique effective de mines antipersonnel et n'englobe pas le fait de recueillir un avantage indirect ou incident procuré par les mines antipersonnel posées par un autre État ou une autre personne.  À l'alinéa c) de l'article premier, l'Australie interprétera le mot "assister" comme désignant la participation physique effective et directe à toute activité interdite par la Convention, à l'exclusion du soutien indirect acceptable, comme le fait d'assurer la sécurité du personnel d'un État non partie à la Convention qui pratique de telles activités; elle interprétera le mot "encourager" comme désignant la demande effective de commettre un quelconque acte interdit par la Convention; elle interprétera le mot "inciter" comme désignant la participation active à l'utilisation de menaces ou d'incitations pour obtenir l'accomplissement d'un quelconque acte interdit par la Convention.
       L'Australie entend qu'en rapport avec le paragraphe 1 de l'article 2, la définition de la "mine antipersonnel" n'englobe pas les munitions à explosion commandée.
       En rapport avec les articles 4, 5, paragraphes 1 et 2, et 7, paragraphe 1, alinéas b) et c), l'Australie entend que l'expression "sa juridiction ou son contrôle" signifie dat partie ou du territoire sur lequel il exerce sa responsabilité juridique en vertu d'un mandat des Nations Unies ou d'un arrangement avec un autre État et la propriété ou la possession physique de mines antipersonnel, mais n'englobe pas l'occupation provisoire d'un territoire étranger où des mines antipersonnel ont été posées par d'autres États ou personnes, ni la présence sur un tel territoire.

Canada

Déclaration :
       "Le Gouvernement du Canada comprend que, pour ce qui concerne les opérations, exercices ou autres activités militaires sanctionnés par les Nations Unies ou d'autre manière conformes au droit international, les Forces canadiennes ou les Canadiens qui participent à ces opérations, exercices ou autres activités militaires avec les forces armées d'États non parties à la Convention qui se livrent à des activités prohibées par celle-ci, ne seront pas réputés, du seul fait de leur participation, assister, encourager ou inciter quiconque au sens de l'article 1, paragraphe 1 (c)."

Chili

Declaration :
       La République du Chili déclare qu’elle s’appliquera, à titre provisoire, le premier paragraphe de l’article 1 de la Convention.

Grèce

Lors de la signature :

Déclaration :
       La Grèce souscrit pleinement aux principes consacrés par [ladite Convention] et déclare qu'elle la ratifiera dès que les conditions nécessaires à l'application de ses dispositions pertinentes auront été réunies.

Lituanie

Lors de la signature :

Déclaration :
       La République de Lituanie souscrit aux principes et buts de [ladite] Convention et déclare que la ratification de cette Convention aura lieu dès que les conditions relatives à l’application des dispositions de la Convention seront remplies.

Monténégro 1

Confirmée lors de la succession :

Déclaration :
       De ce fait, je soussigné, Goran Svilanovic, Ministre des affaires étrangères de la Serbie-et-Monténégro, déclare que, selon l'interprétation de la Serbie-et-Monténégro, le simple fait pour les forces ou pour les nationaux de la Serbie-et-Monténégro de participer à la planification ou à l'exécution d'opérations, d'exercices ou d'autres activités militaires menés en conjonction avec les forces armées des États non parties (à la Convention), qui s'engagent dans des activités interdites par la Convention, ne constitue en aucune façon une assistance, un encouragement ou une incitation au sens de l'alinéa c) du paragraphe 1 de l'article premier de la Convention.

Pologne

Déclaration :
       C'est l'interprétation du Gouvernement de la République de Pologne que la simple participation à la planification ou à l'exécution des opérations, des exercices ou autres activités militaires par les Forces armées polonaises, ou individuels ressortissants polonais, menée en association avec les forces armées d'un État n'étant pas partie à la [Convention], qui s'engagent dans des activités interdites en vertu de cette Convention, n'est pas, en soi, une aide, un encouragement ou une incitation pour les fins du paragraphe c) de l'article 1 de la Convention.

République tchèque

Déclaration :
       Selon l'interprétation du Gouvernement de la République tchèque, la simple participation à la préparation ou la réalisation d'exercices ou d'activités militaires d'un autre type par les forces armées de la République tchèque ou des particuliers de nationalité tchèque, menée en collaboration avec les forces armées d'États non parties à la Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, conclue à Oslo le 18 septembre 1997, qui se livrent à des activités interdites par la Convention, ne constitue pas en soi une assistance, un encouragement ou une incitation au sens où l'entend l'alinéa c) du paragraphe 1 de la Convention.

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

Déclaration :
       "Il est entendu par le Gouvernement du Royaume-Uni que le simple fait pour les Forces armées du Royaume-Uni ou pour des nationaux du Royaume-Uni de participer à la planification ou à l’exécution d’opérations, d’exercices ou d’autres activités militaires menés en conjonction avec les forces armées d’Etats non parties à [ladite Convention], qui s’engagent dans une activité interdite par la Convention ne constitue pas en soi une assistance, un encouragement ou une incitation au sens du paragraphe 1 c) de l’article premier de la Convention."

Serbie 4
       Confirmée lors de la succession :
       Déclaration :
       De ce fait, je soussigné, Goran Svilanovic, Ministre des affaires étrangères de la Serbie-et-Monténégro, déclare que, selon l'interprétation de la Serbie-et-Monténégro, le simple fait pour les forces ou pour les nationaux de la Serbie-et-Monténégro de participer à la planification ou à l'exécution d'opérations, d'exercices ou d'autres activités militaires menés en conjonction avec les forces armées des États non parties (à la Convention), qui s'engagent dans des activités interdites par la Convention, ne constitue en aucune façon une assistance, un encouragement ou une incitation au sens de l'alinéa c) du paragraphe 1 de l'article premier de la Convention.

Déclarations faites en vertu du paragraphe 1 de l'article 18
(Déclaration d'application provisoire)
Afrique du Sud

Autriche

Maurice

Suède

Suisse

End Note
1.Voir note 1 sous "Monténégro" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires de ce volume.
2. Pour le Royaume en Europe.

Le 21 février 2014, le Gouvernement des Pays-Bas a notifé au Secrétaire général de l'application territoriale à la partie Caribéenne des Pays-Bas (les îles Bonaire, Sint Eustatus et Saba).


3.Le 4 décembre 2001 : Extension aux territoires dont le Royaume-Uni assume la responsabilité des relations internationales : Anguilla, Bermudes, Antarctique britannique, territoire britannique de l’océan Indien, îles vierges britanniques, îles Caïmanes, îles Falkland, Montserrat, îles Pitcairn, Henderson, Ducie et Oeno, Sainte Hélène et dépendances, Géorgie du Sud et îles Sandwich du Sud, Bases souveraines d’Akrotiri et Dhekelia, îles turques et Caïques.

Le 3 avril 2002 : Extension au Bailliage de Guernesey, Bailliage de Jersey et l’Île de Man.

4.Voir note 1 sous "Serbie" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires de ce volume