Nations Unies - Collection des traités à l’Internet
Skip Navigation Links
    UNTS Document   
 
État au : 24-04-2014 05:03:02EDT
CHAPITRE XVIII
QUESTIONS PÉNALES
12 .a Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants
New York, 15 novembre 2000
Entrée en vigueur
:
25 décembre 2003, conformément à l'article 17qui se lit comme suit : "1. Le présent Protocole entrera en vigueur le quatre-vingt-dixième jour suivant la date de dépôt du quarantième instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion, étant entendu qu'il n'entrera pas en vigueur avant que la Convention n'entre elle-même en vigueur. Aux fins du présent paragraphe, aucun des instruments déposés par une organisation régionale d'intégration économique n'est considéré comme un instrument venant s'ajouter aux instruments déjà déposés par les États membres de cette organisation. 2. Pour chaque État ou organisation régionale d'intégration économique qui ratifiera, acceptera ou approuvera le présent Protocol ou y adhérera après le dépôt du quarantième instrument pertinent, le présent Protocole entrera en vigueur le trentième jour suivant la date de dépôt de l'instrument pertinent par ledit État ou ladite organisation ou à la date à laquelle il entre en vigueur en application du paragraphe 1 du présent article, si celle-ci est postérieure.".
Enregistrement :
25 décembre 2003, No 39574
État :
Signataires : 117. Parties : 159
Texte :
Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 2237, p. 319;
Doc. A/55/383.
Note :
Le Protocole a été adopté par la résolution A/RES/55/25 du 15 novembre 2000 à la cinquante-cinquième session de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies.   Conformément à son article 16, le Protocole sera ouvert à la signature de tous les États et des organisations régionales d'intégration économique, à la condition qu'au moins un État membre d'une telle organisation ait signé le Protocole du 12 au 15 décembre 2000 au Palazzi di Guistizia à Palerme (Italie), et par la suite au siège de l'Organisation des Nations Unies, à New York, jusqu'au 12 décembre 2002.
Participant
Signature
Ratification, Acceptation(A), Approbation(AA), Adhésion(a), Succession(d)
Afrique du Sud
14 déc 2000
20 févr 2004
Albanie
12 déc 2000
21 août 2002
Algérie
 6 juin 2001
 9 mars 2004
Allemagne
12 déc 2000
14 juin 2006
Antigua-et-Barbuda
  17 févr 2010
Arabie saoudite
10 déc 2002
20 juil 2007
Argentine
12 déc 2000
19 nov 2002
Arménie
15 nov 2001
 1 juil 2003
Australie
11 déc 2002
14 sept 2005
Autriche
12 déc 2000
15 sept 2005
Azerbaïdjan
12 déc 2000
30 oct 2003
Bahamas
 9 avr 2001
26 sept 2008
Bahreïn
   7 juin 2004 a
Barbade
26 sept 2001
 
Bélarus
14 déc 2000
25 juin 2003
Belgique
12 déc 2000
11 août 2004
Belize
  26 sept 2003 a
Bénin
13 déc 2000
30 août 2004
Bolivie (État plurinational de)
12 déc 2000
18 mai 2006
Bosnie-Herzégovine
12 déc 2000
24 avr 2002
Botswana
10 avr 2002
29 août 2002
Brésil
12 déc 2000
29 janv 2004
Bulgarie
13 déc 2000
 5 déc 2001
Burkina Faso
15 déc 2000
15 mai 2002
Burundi
14 déc 2000
24 mai 2012
Cabo Verde
13 déc 2000
15 juil 2004
Cambodge
11 nov 2001
 2 juil 2007
Cameroun
13 déc 2000
 6 févr 2006
Canada
14 déc 2000
13 mai 2002
Chili
 8 août 2002
29 nov 2004
Chine 1
   8 févr 2010 a
Chypre
12 déc 2000
 6 août 2003
Colombie
12 déc 2000
 4 août 2004
Congo
14 déc 2000
 
Costa Rica
16 mars 2001
 9 sept 2003
Côte d'Ivoire
  25 oct 2012 a
Croatie
12 déc 2000
24 janv 2003
Cuba
  20 juin 2013 a
Danemark 2
12 déc 2000
30 sept 2003
Djibouti
  20 avr 2005 a
Dominique
  17 mai 2013 a
Égypte
 1 mai 2002
 5 mars 2004
El Salvador
15 août 2002
18 mars 2004
Émirats arabes unis
  21 janv 2009 a
Équateur
13 déc 2000
17 sept 2002
Espagne
13 déc 2000
 1 mars 2002
Estonie
20 sept 2002
12 mai 2004
États-Unis d'Amérique
13 déc 2000
 3 nov 2005
Éthiopie
  22 juin 2012 a
Ex-République yougoslave de Macédoine
12 déc 2000
12 janv 2005
Fédération de Russie
12 déc 2000
26 mai 2004
Finlande
12 déc 2000
 7 sept 2006 A
France
12 déc 2000
29 oct 2002
Gabon
  22 sept 2010 a
Gambie
14 déc 2000
 5 mai 2003
Géorgie
13 déc 2000
 5 sept 2006
Ghana
  21 août 2012 a
Grèce
13 déc 2000
11 janv 2011
Grenade
  21 mai 2004 a
Guatemala
   1 avr 2004 a
Guinée
   9 nov 2004 a
Guinée-Bissau
14 déc 2000
10 sept 2007
Guinée équatoriale
14 déc 2000
 7 févr 2003
Guyana
  14 sept 2004 a
Haïti
13 déc 2000
19 avr 2011
Honduras
   1 avr 2008 a
Hongrie
14 déc 2000
22 déc 2006
Inde
12 déc 2002
 5 mai 2011
Indonésie
12 déc 2000
28 sept 2009
Iraq
   9 févr 2009 a
Irlande
13 déc 2000
17 juin 2010
Islande
13 déc 2000
22 juin 2010
Israël
14 nov 2001
23 juil 2008
Italie
12 déc 2000
 2 août 2006
Jamaïque
13 févr 2002
29 sept 2003
Japon
 9 déc 2002
 
Jordanie
  11 juin 2009 a
Kazakhstan
  31 juil 2008 a
Kenya
   5 janv 2005 a
Kirghizistan
13 déc 2000
 2 oct 2003
Kiribati
  15 sept 2005 a
Koweït
  12 mai 2006 a
Lesotho
14 déc 2000
24 sept 2003
Lettonie
10 déc 2002
25 mai 2004
Liban
 9 déc 2002
 5 oct 2005
Libéria
  22 sept 2004 a
Libye
13 nov 2001
24 sept 2004
Liechtenstein
14 mars 2001
20 févr 2008
Lituanie
25 avr 2002
23 juin 2003
Luxembourg
13 déc 2000
20 avr 2009
Madagascar
14 déc 2000
15 sept 2005
Malaisie
  26 févr 2009 a
Malawi
  17 mars 2005 a
Mali
15 déc 2000
12 avr 2002
Malte
14 déc 2000
24 sept 2003
Maroc
  25 avr 2011 a
Maurice
  24 sept 2003 a
Mauritanie
  22 juil 2005 a
Mexique
13 déc 2000
 4 mars 2003
Micronésie (États fédérés de)
   2 nov 2011 a
Monaco
13 déc 2000
 5 juin 2001
Mongolie
  27 juin 2008 a
Monténégro 3
  23 oct 2006 d
Mozambique
15 déc 2000
20 sept 2006
Myanmar
  30 mars 2004 a
Namibie
13 déc 2000
16 août 2002
Nauru
12 nov 2001
12 juil 2012
Nicaragua
  12 oct 2004 a
Niger
21 août 2001
30 sept 2004
Nigéria
13 déc 2000
28 juin 2001
Norvège
13 déc 2000
23 sept 2003
Nouvelle-Zélande 4
14 déc 2000
19 juil 2002
Oman
  13 mai 2005 a
Ouganda
12 déc 2000
 
Ouzbékistan
28 juin 2001
12 août 2008
Panama
13 déc 2000
18 août 2004
Paraguay
12 déc 2000
22 sept 2004
Pays-Bas 5
12 déc 2000
27 juil 2005 A
Pérou
14 déc 2000
23 janv 2002
Philippines
14 déc 2000
28 mai 2002
Pologne
 4 oct 2001
26 sept 2003
Portugal
12 déc 2000
10 mai 2004
Qatar
  29 mai 2009 a
République arabe syrienne
13 déc 2000
 8 avr 2009
République centrafricaine
   6 oct 2006 a
République de Corée
13 déc 2000
 
République démocratique du Congo
  28 oct 2005 a
République démocratique populaire lao
  26 sept 2003 a
République de Moldova
14 déc 2000
16 sept 2005
République dominicaine
15 déc 2000
 5 févr 2008
République tchèque
10 déc 2002
 
République-Unie de Tanzanie
13 déc 2000
24 mai 2006
Roumanie
14 déc 2000
 4 déc 2002
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
14 déc 2000
 9 févr 2006
Rwanda
14 déc 2000
26 sept 2003
Sainte-Lucie
  16 juil 2013 a
Saint-Kitts-et-Nevis
  21 mai 2004 a
Saint-Marin
14 déc 2000
20 juil 2010
Saint-Vincent-et-les Grenadines
20 nov 2002
29 oct 2010
Sao Tomé-et-Principe
  23 août 2006 a
Sénégal
13 déc 2000
27 oct 2003
Serbie
12 déc 2000
 6 sept 2001
Seychelles
22 juil 2002
22 juin 2004
Sierra Leone
27 nov 2001
 
Slovaquie
15 nov 2001
21 sept 2004
Slovénie
15 nov 2001
21 mai 2004
Sri Lanka
13 déc 2000
 
Suède
12 déc 2000
 1 juil 2004
Suisse
 2 avr 2002
27 oct 2006
Suriname
  25 mai 2007 a
Swaziland
 8 janv 2001
24 sept 2012
Tadjikistan
   8 juil 2002 a
Tchad
  18 août 2009 a
Thaïlande
18 déc 2001
17 oct 2013
Timor-Leste
   9 nov 2009 a
Togo
12 déc 2000
 8 mai 2009
Trinité-et-Tobago
26 sept 2001
 6 nov 2007
Tunisie
13 déc 2000
14 juil 2003
Turkménistan
  28 mars 2005 a
Turquie
13 déc 2000
25 mars 2003
Ukraine
15 nov 2001
21 mai 2004
Union européenne
12 déc 2000
 6 sept 2006 AA
Uruguay
13 déc 2000
 4 mars 2005
Venezuela (République bolivarienne du)
14 déc 2000
13 mai 2002
Viet Nam
   8 juin 2012 a
Zambie
  24 avr 2005 a
Zimbabwe
  13 déc 2013 a
Déclarations et Réserves
(En l’absence d’indication précédant le texte, la date de réception est celle
de la ratification, de l’acceptation, de l’approbation ou de l’adhésion.)
Afrique du Sud

Réserve :
       Attendu qu'avant d'avoir pris une décision relative à la juridiction obligatoire de la Cour internationale de Justice, le Gouvernement de la République d'Afrique du Sud ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 2 de l'article 20 du Protocole, qui prévoient la juridiction obligatoire de la Cour internationale de Justice en cas de différend découlant de l'interprétation ou de l'application du Protocole. La position de la République d'Afrique du Sud est celle selon laquelle un différend particulier ne peut être soumis à la Cour internationale de Justice qu'avec le consentement de toutes les parties au différend, pour chaque cas d'espèce.

Algérie

Réserves :
       "Le Gouvernement de la République Algérienne Démocratique et Populaire ne se considère pas lié pas les dispositions de l'article 15, paragraphe 2 du présent Protocole, qui prévoient que tout différend entre deux ou plusieurs États concernant l'interprétation ou l'application dudit protocole qui n'est pas réglé par voie de négociation est soumis à l'arbitrage ou à la Cour Internationale de Justice à la demande de l'un d'entre eux.
       Le Gouvernement de la République Algérienne Démocratique et Populaire estime que tout différend de cette nature ne peut être soumis à l'arbitrage ou à la Cour Internationale de Justice qu'avec le consentement de toutes les parties au différend."

Déclarations :
       "La ratification par la République Algérienne Démocratique et Populaire du présent Protocole ne signifie en aucune façon, la reconnaissance d'Israël.
       Cette ratification ne peut être interprétée comme devant aboutir à l'établissement de relations de quelque nature que ce soit avec Israël."

Arabie saoudite

Lors de la signature :
       Déclaration et réserve :
       Le droit interne du Royaume d'Arabie saoudite interdit la traite des personnes aux fins évoquées à l'alinéa a) de l'article 3 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants.
       Le Royaume ne se considère pas lié par le paragraphe 2 de l'article 15 dudit Protocole.  Il émet des réserves sur les libellés de l'alinéa d) du paragraphe 3 de l'article 6 et du paragraphe 1 de l'article 7 dudit Protocole.

Réserve faite lors de la ratification :
       ... le Gouvernement du Royaume d'Arabie saoudite ne se considère pas lié par le paragraphe 2 de l'article 15 du Protocole.

Australie

Déclaration faite lors de la signature et confirmée lors de la ratification :
       Le Gouverement australien déclare qu'aucune disposition du présent Protocole ne peut-être interprétée comme obligeant l'Australie à admettre ou à retenir sur son territoire des personnes qu'elle n'aurait par ailleurs aucune obligation d'y admettre ou d'y retenir.

Azerbaïdjan

Déclaration :
       La République d'Azerbaïdjan déclare qu'il lui est impossible de garantir l'application des dispositions du Protocole dans les territoires occupés par la République d'Arménie tant que ces territoires ne sont pas libérés de cette occupation.

Réserve :
       En application du paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole, la République d'Azerbaïdjan déclare quélle ne se considère pas liée par le paragraphe 2 de l'article 15.

Bahamas

Réserve :
       Comme le prévoit le paragraphe 3 de l’article 15, le Commonwealth des Bahamas formule à l’égard de la procédure établie au paragraphe 2 de l’article 15 du Protocole la réserve suivante : un différend portant sur l’application ou l’interprétation des dispositions du Protocole ne sera soumis à l’arbitrage ou à la Cour internationale de Justice qu’avec le consentement de toutes les parties au différend.

Bahreïn

Réserve :
       ... le Royaume de Bahreïn ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 2 de l'article 15 du Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et enfants.

Belgique

Lors de la signature :
       Déclaration :
       "Cette signature engage également la Communauté française, la Communauté flamande, la Communauté germanophone, la Région wallonne, la Région flamande et la Région de Bruxelles-Capitale."

Bolivie (État plurinational de)

Déclaration :
       La République de Bolivie déclare qu'elle ne se considère pas liée par le paragraphe 2 de l'article 15 relatif au règlement des différends concernant le présent Protocole.

Chine

Réserve :
       La République populaire de Chine ne doit pas être lié par le paragraphe 2 de l’article 15 du Protocole.

Déclaration :
       Sauf avis contraire notifié par le Gouvernement, le Protocole ne s’applique pas à la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine.

Colombie

Réserve :
       Conformément aux dispositions du paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole, la Colombie déclare qu'elle ne se considère pas comme liée par celles du paragraphe 2 dudit article.

Cuba

Déclaration :
       La République de Cuba déclare que conformément aux dispositions du paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole, elle ne se considère pas liée par le paragraphe 2 de cet article.

El Salvador

Lors de la signature :
       Réserve :
       Le Gouvernement de la République d'El Salvador ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 2 de l'article 15 du fait qu'il ne reconnaît pas la juridiction obligatoire de la Cour internationale de justice.

Lors de la ratification :
       Réserve :
       S 'agissant des dispositions du paragraphe 3 de l'article 15, le Gouvernement de la République d'El Salvador déclare qu'il ne se considère pas comme lié par les dispositions du paragraphe 2 de cet article car il ne reconnaît pas la juridiction obligatoire de la Cour internationale de Justice.

Émirats arabes unis

Réserve :
       … le Gouvernement de la République des Emirats arabes unis … y adhère formellement avec une réserve au paragraphe 2 de l’article 15 concernant l’arbitrage. Il ne se considère pas lié par le paragraphe 2 de l’article 15.

Équateur

Réserve :
       Conformément à la faculté qui lui en est donnée au paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, le Gouvernement équatorien émet une réserve quant au paragraphe 2 du même article, qui traite du règlement des différends.

États-Unis d'Amérique

Réserves :
       1) Les États-Unis d'Amérique réservent leur droit de ne pas appliquer intégralement l'obligation énoncée au paragraphe 1 b) de l'article 15 de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée en ce qui concerne les infractions établies dans le Protocole relatif à la traite des êtres humains. Les États-Unis ne connaissent pas la compétence plénière s'agissant des infractions commises à bord d'un navire battant leur pavillon ou d'un aéronef immatriculé conformément à leur droit interne. Toutefois, dans certaines circonstances, le droit des États-Unis reconnaît compétence s'agissant de telles infractions commises à bord de navires battant pavillon des États-Unis ou d'aéronefs immatriculés conformément au droit des États-Unis. C'est pourquoi les États-Unis appliqueront le paragraphe 1 b) de l'article 15 de la Convention dans la mesure où le droit fédéral le permet.
       2) Les États-Unis d'Amérique réservent leur droit d'assumer les obligations énoncées dans le Protocole de manière compatible avec les principes fondamentaux du fédéralisme, selon lesquels tant le droit pénal fédéral que celui des États doit être pris en considération relativement aux comportements visés dans le Protocole. Le droit pénal fédéral des États-Unis, qui réglemente les comportements compte tenu de leurs effets sur le commerce entre les États de l'Union ou avec l'étranger, ou sur un autre intérêt de caractère fédéral, par exemple la prohibition par le Treizième Amendement de " l'esclavage " et de " la servitude involontaire ", est aux États-Unis le principal régime juridique utilisé pour lutter contre les comportements visés dans le Protocole, et il est de manière générale efficace à cette fin. Le droit pénal fédéral ne s'applique pas dans les rares cas où le comportement criminel ne touche pas le commerce entre les États de l'Union ou avec l'étranger, ni aucun autre incevoir un petit nombre de situations - elles sont rares - dans lesquelles des infractions de caractère purement local étant commises le droit pénal fédéral et le droit pénal des États des États-Unis peuvent ne pas être totalement adéquates pour exécuter une obligation énoncée dans la Convention. Les États-Unis d'Amérique formulent donc des réserves en ce qui concerne les obligations énoncées dans le Protocole dans la mesure où elles concernent des comportements qui relèveraient de cette catégorie étroitement définie d'activités de caractère très local. Cette réserve n'affecte en aucune manière la capacité des États-Unis en ce qui concerne la coopération internationale avec les autres Parties envisagée dans le Protocole.
       3) En application du paragraphe 3 de l'article 15, les États-Unis d'Amérique déclarent qu'ils ne se considèrent pas liés par l'obligation énoncée au paragraphe 2 de l'article 15.

Entente :
       Les États-Unis d'Amérique interprètent l'obligation d'établir les infractions visées dans le Protocole comme des infractions principales de blanchiment de capitaux, à la lumière du paragraphe 2 b) de l'article 6 de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, comme exigeant des États parties dont la législation relative au blanchiment de capitaux contient une liste d'infractions principales spécifiques qu'ils incluent dans cette liste un éventail complet d'infractions liées à la traite des êtres humains.

Éthiopie

Réserve :
       L'Ethiopie n'accepte pas la compétence de la Cour internationale de Justice prévue au paragraphe 2 de l’article 15 dudit Protocole.

Grèce

Réserve :
       La Grèce ratifie l’article 13 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, … sans préjudice de l’article 9A ainsi que du paragraphe 3 de l’article 19 de la Constitution; du paragraphe 1 de l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales; des articles 436 à 457 du Code de procédure pénale et de l’article 352B du Code pénal, tel qu’il a été ajouté par le paragraphe 12 de l’article 2 de la loi 3625/2007 (Journal officiel 290A); de la loi 2472/1997, telle qu’amendée par les articles 8 de la loi 2819/2000 (Journal officiel 84A), 10 de la loi 3090/2002 (Journal officiel 329A) et 8 de la loi 3625/2007; de la loi 3471/2006 (Journal officiel 133A); et du décret présidentiel 47/2005 (Journal officiel 64A).

Indonésie

Déclaration :
       …, le Gouvernement indonésien déclare que les dispositions du paragraphe 2 c) de l’article 5 du Protocole doivent être appliquées dans le respect absolu du principe de souveraineté et d’intégrité territoriale des États;

Réserve :
       …, le Gouvernement indonésien émet une réserve en ce qu’il ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 2 de l’article 15 du Protocole, et estime que les différends concernant l’interprétation ou l’application du Protocole qui ne sont pas réglés par la voie prévue au paragraphe 1 dudit article ne peuvent être portés devant la Cour internationale de Justice qu’avec l’accord de toutes
       les parties concernées;

Lituanie

Réserve :
       ET CONSIDÉRANT les dispositions du paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole, le Seimas  de la République lituanienne souhaite déclarer que la République lituanienne ne se considère pas liée par le paragraphe 2 de l'article 15, aux termes duquel tout État Partie peut soumettre à la Cour internationale de Justice tout différend concernant l'interprétation ou l'application du présent Protocole.

Malaisie

Réserve
       1. a) Conformément au paragraphe 3 de l’article 15 du Protocole, le Gouvernement malaisien déclare qu’il ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 2 du même article; et
       b) Le Gouvernement malaisien se réserve le droit de décider au cas par cas de recourir ou non à la procédure d’arbitrage visée au paragraphe 2 de l’article 15 du Protocole ou à toute autre procédure d’arbitrage.

Malawi

Déclarations :
       Soucieux de combattre jusqu'à leur élimination totale les infractions liées à la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, le Gouvernement de la République du Malawi a mis en chantier différentes réformes sociales et législatives qui traduisent les obligations découlant du paragraphe 4 de l'article 16 du Protocole.
       En outre, elle déclare formellement qu'elle accepte la teneur du paragraphe 2 de l'article 15 sur le règlement des différends concernant l'interprétation et l'application du Protocole.
       Autorité compétente chargée de la coordination et de l'exécution de l'entraide judiciaire :
       The Principal Secretary
       Ministry of Home Affairs and Internal Security
       Private Bag 331
       Lilongwe 3, Malawi
       Télécopie : (265) 1 789509
       Tél. : (265) 1 789177
       Langue officielle de communication : anglais.

Micronésie (États fédérés de)

Réserve :
       Conformément au paragraphe 3 de l’article 15, les États fédérés de Micronésie déclarent qu’ils ne se considèrent pas liés par le paragraphe 2 de l’article 15 du Protocole.

Myanmar

Réserve :
       Le Gouvernement de l'Union du Myanmar tient à formuler une réserve à l'article 15 et ne se considère pas lié par l'obligation qui y est imposée de soumettre à la Cour internationale de Justice tout différend concernant l'interprétation ou l'application du Protocole.

Ouzbékistan

Réserve :
       La République d’Ouzbékistan ne se considère pas liée par les dispositions du paragraphe 2 de l’article 15 de ce Protocole.

Qatar

Réserves:
       Premièrement – l’État du Qatar émet les réserves suivantes :
       1. Paragraphe 3 d) de l’article 6 qui se lit : « Des possibilités d’emploi, d’éducation et de formation ».
       2. Paragraphe 1 de l’article 7 qui dispose que : « chaque État Partie envisage d’adopter des mesures législatives ou d’autres mesures appropriées qui permettent aux victimes de la traite des personnes de rester sur son territoire, à titre temporaire ou permanent, lorsqu’il y a lieu ».
       Deuxièmement - L’État du Qatar déclare qu’il ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 2 de l’article 15, qui traite du règlement des différends concernant l’interprétation ou l’application du Protocole.

République arabe syrienne

Réserves :
       La République arabe syrienne exprime des réserves quant à la teneur du paragraphe 1 de l’article 7 et du paragraphe 2 de l’article 15 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants.
       Déclaration :
       … Le Gouvernement de la République arabe syrienne donne de l’alinéa a) du paragraphe 3 de l’article 6 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, l’interprétation suivante : « on entend par “logement convenable” le fait d’offrir
       un abri provisoire adéquat aux victimes de la traite des personnes et ce, jusqu’à leur rapatriement».

République démocratique populaire lao

Réserve :
       Conformément au paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, la République démocratique populaire lao déclare qu'elle ne se considère pas liée par le paragraphe 2 de l'article 15 dudit Protocole. La République démocratique populaire lao déclare que pour soumettre à l'arbitrage ou à la Cour internationale de Justice un différend concernant l'interprétation ou l'application de ce Protocole, l'accord de toutes les parties au litige est nécessaire.

République de Moldova

Réserve et déclaration
       Conformément au paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole, la République de Moldova déclare qu'elle ne se considère pas liée par le paragraphe 2 de l'article 15 du Protocole.
       Jusqu'à ce que l'intégrité territoriale de la République de Moldova soit pleinement assurée, les dispositions du Protocole ne s'appliqueront que sur le territoire contrôlé par les autorités de la République de Moldova.

Thaïlande

Réserve :
       Conformément au paragraphe 3 de l'article 15 du Protocole, le Royaume de Thaïlande ne se considère pas lié par le paragraphe 2 du même article.

Tunisie

Union européenne

Déclaration :
       "L'article 16, paragraphe 3, du protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, prévoit que l'instrument de ratification, d'acceptation ou d'approbation d'une organisation régionale d'intégration économique inclut une déclaration précisant les matières régies par le protocole dont la compétence a été transférée à l'organisation par ses États membres parties au protocole.
       Le ProtocoleProtocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants s'applique, en ce qui concerne les compétences transférées à la Communauté européenne, aux territoires dans lesquels le traité instituant la Communauté européenne est d'application et dans les conditions énoncées dans ledit traité, notamment à l'article 299, et dans les Protocoles qui y sont annexés.
       La présente déclaration est sans préjudice de la position du Royaume-Uni et de l'Irlande en vertu du Protocole intégrant l'acquis de Schengen dans le cadre de l'Union européenne et du Protocole sur la position du Royaume et de l'Irlande, annexé au traité sur l'Union européenne et au traité instituant la Communauté européenne.
       La présente déclaration est également sans préjudice de la position du Danemark en vertu du Protocole sur la position du Danemark, annexé au traité sur l'Union européenne et au traité instituant la Communauté européenne.
       Conformément à l'article 299, la présente déclaration n'est pas non plus applicable aux territoires des États membres auxquels ledit traité ne s'applique pas et ne préjuge pas des mesures ou positions qui pourraient être adoptées en vertu du Protocole par les États membres concernés au nom et dans l'intérêt de ces territoires.  En application de la disposition susmentionnée, la présente déclaration précise les compétences transférées par les États membres à la Communauté'exercice de ces compétences communautaires sont, par nature, appelés à évoluer continuellement, étant donné que la Communauté a continué d'adopter des règles et réglementations en la matière, et la Communauté complétera ou modifiera la présente déclaration, si besoin est, conformément à l'article 16, paragraphe 3, du Protocole.
       La Communauté souligne qu'elle est compétente pour arrêter des mesures relatives au franchissement des frontières extérieures des États membres, fixant les normes et les modalités de contrôle des personnes à ces frontières et les règles relatives aux visas pour les séjours prévus d'une durée maximale de trois mois. Sont également de son ressort les mesures relevant de la politique d'immigration, relatives aux conditions d'entrée et de séjour, et les mesures de lutte contre l'immigration clandestine et le séjour irrégulier, y compris le rapatriement des personnes en séjour irrégulier.  Elle peut en outre arrêter des mesures pour assurer une coopération entre les services compétents des administrations des États membres, ainsi qu'entre ces services et la Commission, dans les domaines susmentionnés.  Dans ces domaines, la Communauté a adopté des règles et réglementations et, en conséquence, elle seule peut engager des actions extérieures avec des États tiers ou des organisations internationales compétentes.
       En outre, la politique de la Communauté dans le domaine de la coopération au développement complète celles qui sont menées par les États membres et comprend des dispositions visant à prévenir et à combattre la traite des personnes."

Viet Nam

Réserve :
       La République socialiste du Viet Nam ne se considère pas liée par les dispositions du paragraphe 2 de l'article 15 du Protocole.

Zimbabwe

Réserve :
       Le Gouvernement de la République du Zimbabwe déclare par la présente qu'il formule une réserve au paragraphe 2 de l'article 15 qui prévoit que lorsque les Parties ne peuvent résoudre leur différend par l'arbitrage, l'une quelconque d'entre elles peut soumettre le différend à la Cour internationale de Justice.

Objections
(En l’absence d’indication précédant le texte, la date de réception est celle
de la ratification, de l’acceptation, de l’approbation ou de l’adhésion.)

Israël

Eu égard à la déclaration formulée par l'Algérie lors de la ratification :
       Le Gouvernement de l’État d’Israël a noté que l’instrument de ratification du Protocole susmentionné, déposé par la République algérienne démocratique et populaire et figurant dans la notification dépositaire Ref: C.N.225.2004.TREATIES-3 du 12 mars 2004, contient une déclaration à l’égard de l’État d’Israël.
       Le Gouvernement de l’État d’Israël considère que telle déclaration, qui est d’une nature politique, est contraire à l’objet et au but de la Convention.
       Par conséquent, il fait objection à ladite déclaration de la République algérienne démocratique et populaire.

End Note
1.Le 8 février 2010, le Secrétaire général a reçu du Gouvernement de la Chine la déclaration suivante, faite lors de l'adhésion au Protocole, à l'égard de la Région administrative spéciale de Hong Kong et de la Région administrative spéciale de Macao :

Conformément aux dispositions de l’article 138 de la Loi fundamentale de la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine et l’article 153 de la Loi fundamentale de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine decide que le Protocole s’applique à la Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine, et sauf disposition contraire notifiée par le gouvernement, ne doit pas s’appliquer à la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine.

2.Avec une exclusion territoriale à l'égard des Îles Féroes et du Groënland.
3.Voir note 1 sous "Monténégro" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires de ce volume.
4.Avec l'exclusion territoriale suivante :

Déclare que, conformément au statut constitutionnel des Tokélaou et compte tenu de son engagement à oeuvrer à l'avènement de leur autonomie par un acte d'autodétermination en vertu de la Charte des Nations Unies, la présente ratification ne s'appliquera aux Tokélaou que lorsque le Gouvernement néo-zélandais aura déposé une déclaration à ce sujet auprès du dépositaire à la suite d'une consultation appropriée avec ce territoire...

5.Pour le Royaume en Europe. Le 18 janvier 2007 : extension à Aruba.

À la suite d’une modification des relations constitutionnelles internes au sein du Royaume des Pays-Bas (voir note 2 sous "Pays-Bas" dans la section Informations historiques), prenant effet le 10 octobre 2010, le Protocole s’applique à la partie caribéenne de Pays-Bas (Bonaire, Sint-Eustatius et Saba).