CHAPITRE XXVII
ENVIRONNEMENT
8Convention sur la diversité biologiqueRio de Janeiro, 5 juin 199229 décembre 1993, conformément au paragraphe 1 de l'article 36.29 décembre 1993, No 30619Signataires168Parties1961Nations Unies, <i>Recueil des Traités </i>, vol. 1760, p. 79; et notification dépositaire C.N.29.1996.TREATIES-2 du 18 mars 1996 (procès-verbal de rectification du texte authentique arabe).La Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, a été adoptée par le Comité intergouvernemental de négociation d'une Convention sur la diversité biologique, lors de sa cinquième session tenue à Nairobi du 11 au 22 mai 1992. La Convention a été ouverte à la signature à Rio de Janeiro par tous les États et les organisations d'intégration économique régionale du 5 juin 1992 au 14 juin 1992, et au Siège de l'Organisation des Nations Unies, à New York, du 15 juin 1992 au 4 juin 1993.
ParticipantSignatureRatification, Adhésion(a), Acceptation(A), Approbation(AA), Succession(d)Afghanistan12 juin 1992 19 sept 2002 Afrique du Sud 4 juin 1993 2 nov 1995 Albanie 5 janv 1994 aAlgérie13 juin 1992 14 août 1995 Allemagne12 juin 1992 21 déc 1993 Andorre 4 févr 2015 aAngola12 juin 1992 1 avr 1998 Antigua-et-Barbuda 5 juin 1992 9 mars 1993 Arabie saoudite 3 oct 2001 aArgentine12 juin 1992 22 nov 1994 Arménie13 juin 1992 14 mai 1993 AAustralie 5 juin 1992 18 juin 1993 Autriche13 juin 1992 18 août 1994 Azerbaïdjan12 juin 1992 3 août 2000 AABahamas12 juin 1992 2 sept 1993 Bahreïn 9 juin 1992 30 août 1996 Bangladesh 5 juin 1992 3 mai 1994 Barbade12 juin 1992 10 déc 1993 Bélarus11 juin 1992 8 sept 1993 Belgique 5 juin 1992 22 nov 1996 Belize13 juin 1992 30 déc 1993 Bénin13 juin 1992 30 juin 1994 Bhoutan11 juin 1992 25 août 1995 Bolivie (État plurinational de)13 juin 1992 3 oct 1994 Bosnie-Herzégovine26 août 2002 aBotswana 8 juin 1992 12 oct 1995 Brésil 5 juin 1992 28 févr 1994 Brunéi Darussalam28 avr 2008 aBulgarie12 juin 1992 17 avr 1996 Burkina Faso12 juin 1992 2 sept 1993 Burundi11 juin 1992 15 avr 1997 Cabo Verde12 juin 1992 29 mars 1995 Cambodge 9 févr 1995 aCameroun14 juin 1992 19 oct 1994 Canada11 juin 1992 4 déc 1992 Chili13 juin 1992 9 sept 1994 Chine<superscript>2</superscript>11 juin 1992 5 janv 1993 Chypre12 juin 1992 10 juil 1996 Colombie12 juin 1992 28 nov 1994 Comores11 juin 1992 29 sept 1994 Congo11 juin 1992 1 août 1996 Costa Rica13 juin 1992 26 août 1994 Côte d'Ivoire10 juin 1992 29 nov 1994 Croatie11 juin 1992 7 oct 1996 Cuba12 juin 1992 8 mars 1994 Danemark12 juin 1992 21 déc 1993 Djibouti13 juin 1992 1 sept 1994 Dominique 6 avr 1994 aÉgypte 9 juin 1992 2 juin 1994 El Salvador13 juin 1992 8 sept 1994 Émirats arabes unis11 juin 1992 10 févr 2000 Équateur 9 juin 1992 23 févr 1993 Érythrée21 mars 1996 aEspagne<superscript>3,4</superscript>13 juin 1992 21 déc 1993 Estonie12 juin 1992 27 juil 1994 Eswatini12 juin 1992 9 nov 1994 État de Palestine 2 janv 2015 aÉtats-Unis d'Amérique 4 juin 1993 Éthiopie10 juin 1992 5 avr 1994 Fédération de Russie13 juin 1992 5 avr 1995 Fidji 9 oct 1992 25 févr 1993 Finlande 5 juin 1992 27 juil 1994 AFrance13 juin 1992 1 juil 1994 Gabon12 juin 1992 14 mars 1997 Gambie12 juin 1992 10 juin 1994 Géorgie 2 juin 1994 aGhana12 juin 1992 29 août 1994 Grèce12 juin 1992 4 août 1994 Grenade 3 déc 1992 11 août 1994 Guatemala13 juin 1992 10 juil 1995 Guinée12 juin 1992 7 mai 1993 Guinée-Bissau12 juin 1992 27 oct 1995 Guinée équatoriale 6 déc 1994 aGuyana13 juin 1992 29 août 1994 Haïti13 juin 1992 25 sept 1996 Honduras13 juin 1992 31 juil 1995 Hongrie13 juin 1992 24 févr 1994 Îles Cook12 juin 1992 20 avr 1993 Îles Marshall12 juin 1992 8 oct 1992 Îles Salomon13 juin 1992 3 oct 1995 Inde 5 juin 1992 18 févr 1994 Indonésie 5 juin 1992 23 août 1994 Iran (République islamique d')14 juin 1992 6 août 1996 Iraq28 juil 2009 aIrlande13 juin 1992 22 mars 1996 Islande10 juin 1992 12 sept 1994 Israël11 juin 1992 7 août 1995 Italie 5 juin 1992 15 avr 1994 Jamaïque11 juin 1992 6 janv 1995 Japon13 juin 1992 28 mai 1993 AJordanie11 juin 1992 12 nov 1993 Kazakhstan 9 juin 1992 6 sept 1994 Kenya11 juin 1992 26 juil 1994 Kirghizistan 6 août 1996 aKiribati16 août 1994 aKoweït 9 juin 1992 2 août 2002 Lesotho11 juin 1992 10 janv 1995 Lettonie11 juin 1992 14 déc 1995 Liban12 juin 1992 15 déc 1994 Libéria12 juin 1992 8 nov 2000 Libye29 juin 1992 12 juil 2001 Liechtenstein 5 juin 1992 19 nov 1997 Lituanie11 juin 1992 1 févr 1996 Luxembourg 9 juin 1992 9 mai 1994 Macédoine du Nord 2 déc 1997 aMadagascar 8 juin 1992 4 mars 1996 Malaisie12 juin 1992 24 juin 1994 Malawi10 juin 1992 2 févr 1994 Maldives12 juin 1992 9 nov 1992 Mali30 sept 1992 29 mars 1995 Malte12 juin 1992 29 déc 2000 Maroc13 juin 1992 21 août 1995 Maurice10 juin 1992 4 sept 1992 Mauritanie12 juin 1992 16 août 1996 Mexique13 juin 1992 11 mars 1993 Micronésie (États fédérés de)12 juin 1992 20 juin 1994 Monaco11 juin 1992 20 nov 1992 Mongolie12 juin 1992 30 sept 1993 Monténégro<superscript>5</superscript>23 oct 2006 dMozambique12 juin 1992 25 août 1995 Myanmar11 juin 1992 25 nov 1994 Namibie12 juin 1992 16 mai 1997 Nauru 5 juin 1992 11 nov 1993 Népal12 juin 1992 23 nov 1993 Nicaragua13 juin 1992 20 nov 1995 Niger11 juin 1992 25 juil 1995 Nigéria13 juin 1992 29 août 1994 Nioué28 févr 1996 aNorvège 9 juin 1992 9 juil 1993 Nouvelle-Zélande12 juin 1992 16 sept 1993 Oman10 juin 1992 8 févr 1995 Ouganda12 juin 1992 8 sept 1993 Ouzbékistan19 juil 1995 aPakistan 5 juin 1992 26 juil 1994 Palaos 6 janv 1999 aPanama13 juin 1992 17 janv 1995 Papouasie-Nouvelle-Guinée13 juin 1992 16 mars 1993 Paraguay12 juin 1992 24 févr 1994 Pays-Bas<superscript>6</superscript> 5 juin 1992 12 juil 1994 APérou12 juin 1992 7 juin 1993 Philippines12 juin 1992 8 oct 1993 Pologne 5 juin 1992 18 janv 1996 Portugal<superscript>2</superscript>13 juin 1992 21 déc 1993 Qatar11 juin 1992 21 août 1996 République arabe syrienne 3 mai 1993 4 janv 1996 République centrafricaine13 juin 1992 15 mars 1995 République de Corée13 juin 1992 3 oct 1994 République démocratique du Congo11 juin 1992 3 déc 1994 République démocratique populaire lao20 sept 1996 aRépublique de Moldova 5 juin 1992 20 oct 1995 République dominicaine13 juin 1992 25 nov 1996 République populaire démocratique de Corée11 juin 1992 26 oct 1994 AARépublique tchèque 4 juin 1993 3 déc 1993 AARépublique-Unie de Tanzanie12 juin 1992 8 mars 1996 Roumanie 5 juin 1992 17 août 1994 Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord<superscript>3</superscript>12 juin 1992 3 juin 1994 Rwanda10 juin 1992 29 mai 1996 Sainte-Lucie28 juil 1993 aSaint-Kitts-et-Nevis12 juin 1992 7 janv 1993 Saint-Marin10 juin 1992 28 oct 1994 Saint-Vincent-et-les Grenadines 3 juin 1996 aSamoa12 juin 1992 9 févr 1994 Sao Tomé-et-Principe12 juin 1992 29 sept 1999 Sénégal13 juin 1992 17 oct 1994 Serbie<superscript>7</superscript> 8 juin 1992 1 mars 2002 Seychelles10 juin 1992 22 sept 1992 Sierra Leone12 déc 1994 aSingapour10 mars 1993 21 déc 1995 Slovaquie19 mai 1993 25 août 1994 AASlovénie13 juin 1992 9 juil 1996 Somalie11 sept 2009 aSoudan 9 juin 1992 30 oct 1995 Soudan du Sud17 févr 2014 aSri Lanka10 juin 1992 23 mars 1994 Suède 8 juin 1992 16 déc 1993 Suisse12 juin 1992 21 nov 1994 Suriname13 juin 1992 12 janv 1996 Tadjikistan29 oct 1997 aTchad12 juin 1992 7 juin 1994 Thaïlande12 juin 1992 31 oct 2003 Timor-Leste10 oct 2006 aTogo12 juin 1992 4 oct 1995 ATonga19 mai 1998 aTrinité-et-Tobago11 juin 1992 1 août 1996 Tunisie13 juin 1992 15 juil 1993 Turkménistan18 sept 1996 aTurquie11 juin 1992 14 févr 1997 Tuvalu 8 juin 1992 20 déc 2002 Ukraine11 juin 1992 7 févr 1995 Union européenne13 juin 1992 21 déc 1993 AAUruguay 9 juin 1992 5 nov 1993 Vanuatu 9 juin 1992 25 mars 1993 Venezuela (République bolivarienne du)12 juin 1992 13 sept 1994 Viet Nam28 mai 1993 16 nov 1994 Yémen12 juin 1992 21 févr 1996 Zambie11 juin 1992 28 mai 1993 Zimbabwe12 juin 1992 11 nov 1994
Déclarations(En l'absence d'indication précédant le texte, la date de réception est cellede la ratification, de l'acceptation, de l'approbation, de l'adhésion ou de la succession.)ArgentineLors de la ratification :Déclaration :De l'avis du Gouvernement argentin, la Convention constitue une réalisation positive en ce qu'elle s'assigne notamment pour objectif l'utilisation durable de la diversité biologique. De même, en ce qui concerne les définitions données à l'article 2 et les autres dispositions de la Convention, il estime que les expressions "ressources génétiques", "ressources biologiques" et "matériel génétique" n'englobent pas le génome humain. Conformément aux engagements qu'il a souscrits en vertu de la Convention, l'État argentin réglementera les conditions d'accès aux ressources biologiques et les titres de propriété des droits et bénéfices qui en résultent. La Convention est pleinement conforme aux principes énoncés dans "l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce" contenu dans l'Acte final des négociations commerciales multilatérales du Cycle d'Uruguay du GATT.AutricheDéclaration :"La République d'Autriche déclare conformément à l'article 27 paragraphe 3 qu'elle accepte les deux modes de règlement des différends mentionnés dans ce paragraphe comme obligatoires en regard de toute partie considérant comme obligatoire l'un ou l'autre des modes de règlement ci-mentionnés, ou les deux."ChiliDéclaration :En ratifiant la Convention sur la diversité biologique de 1992, le Gouvernement chilien tient a préciser que le pin et les autres essences que le Chili exploite comme l'une de ses sources de richesse d'origine forestière sont considérés comme essences exotiques n'entrant pas dans le champ d'application de la Convention.CubaDéclaration :Le Gouvernement de la République de Cuba déclare, à propos de l'article 27 de la Convention sur la diversité biologique, qu'en ce qui concerne la République de Cuba, les différends entre les Parties touchant l'interprétation ou l'application dudit instrument juridique international seront réglés par la voie diplomatique, ou à défaut, seront soumis à l'arbitrage, conformément à ce qui est prévu à l'annexe II concernant l'arbitrage de la Convention susvisée.FranceLors de la signature :Déclaration :"En référence à l'article 3, [la République française déclare] qu'elle interprète cet article comme un principe directeur à prendre compte dans la mise en oeuvre de la Convention;En référence à l'article 21, paragraphe 1, [la République française déclare] que la décision prise périodiquement par la Conférence des Parties porte sur le "montant des ressources nécessaires" et qu'aucune disposition de la Convention n'autorise la Conférence des Parties à prendre des décisions relatives au montant, à la nature ou à la fréquence des contributions des Parties à la Convention."Lors de la ratification :Déclaration :"La République française interprète l'article 3 comme un principe directeur à prendre en compte dans la mise en oeuvre de la Convention.La République française souhaite réaffirmer l'importance qu'elle attache au transfert de technologie et à la biotechnologie en vue de garantir la protection et l'utilisation durable de la diversité biologique. Le respect des droits de propriété intellectuelle constitue un élément essentiel à la mise en oeuvre des politiques de transfert de technologie et de co-investissement.Pour la République française, le transfert de technologie et l'accès à la biotechnologie, tels que défini dans le texte de la Convention sur la diversité biologique, s'effectueront en conformité avec l'article 16 de ladite Convention et dans le respect des principes et des règles de protection de la propriété intellectuelle, et notamment des accords multilatéraux signés ou négociés par les Parties contractantes à la présente Convention.La République française encouragera le recours au mécanisme financier établi par la Convention pour promouvoir le transfert volontaire des droits de propriété intellectuelle détenus par les opérateurs français, notamment en ce qui concerne l'octroi de licences, p assurant une protection appropriée et efficace des droits de propriété.En référence à l'article 21, paragraphe 1, la République française considère que la décision prise périodiquement par la Conférence des Parties porte sur le ‘montant des ressources nécessaires’ et qu'aucune disposition de la Convention n'autorise la Conférence des Parties à prendre des décisions relatives au montant, à la nature ou à la fréquence des contributions des Parties à la Convention."<right>Le 31 août 2016</right>Lors de sa ratification du Protocole de Nagoya sur l'accès aux ressources génériques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation relatif à la Convention sur la diversité biologique, la République française a réitéré sa déclaration formulée lors de la ratification de la Convention sur la diversité biologique.GéorgieDéclaration :La République de Géorgie accepte les deux modes de règlement des différends prévus à la Convention :1. L'arbitrage conformément à la procédure énoncée à la première partie de l'annexe II.2. La soumission du différend à la Cour internationale de Justice.IrlandeDéclaration :L'Irlande tient à réaffirmer l'importance qu'elle attache au transfert de technologie et à la biotechnologie comme moyen de garantir la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique. Le respect des droits de propriété intellectuelle est essentiel à l'application des politiques relatives au transfert de technologie et aux co-investissements.Pour l'Irlande, le transfert de technologie et l'accès à la biotechnologie, tels qu'ils ont définis dans le texte de [ladite Convention], s'effectueront conformément à l'article 16 de ladite Convention et dans le respect des principes et règles relatifs à la protection de la propriété intellectuelle, en particulier des accords multilatéraux et bilatéraux signés ou négociés par les parties contractantes à la Convention.L'Irlande encouragera le recours aux mécanismes financiers mis en place par la Convention pour promouvoir le transfert volontaire des droits de propriété intellectuelle détenus par des exploitants irlandais, en particulier pour ce qui est de l'octroi de licences par l'intermédiaire des mécanismes de décision normaux en matière commerciale, tout en veillant à la protection adéquate et effective des droits de propriété.ItalieDéclaration faite lors de la signature et confirmée lors de la ratification :Le Gouvernement italien déclare que selon son interprétation, la décision qui sera prise par la Conférence des Parties en vertu de l'article 21.1 de la Convention porte sur le "montant des ressources nécessaires" pour assurer le fonctionnement du mécanisme de financement, et non sur l'importance, la nature ou la forme des contributions à verser par les Parties contractantes.LettonieDéclaration :La République de Lettonie déclare qu'elle accepte comme obligatoire les deux modes de règlement des différends mentionnés dans ce paragraphe, conformément au paragraphe 3 de l'article 27 de la Convention.LiechtensteinDéclarations :La Principauté de Liechtenstein tient à réaffirmer l'importance qu'elle attache aux transferts de technologie et à la biotechnologie en vue de garantir la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique. Le respect des droits de propriété intellectuelle constitue un élément essentiel de l'exécution des politiques de transfert de technologies et de coinvestissement.Pour la Principauté de Liechtenstein, les transferts de technologie et l'accès à la biotechnologie, tels que définis dans le texte de [ladite] Convention, doivent être conformes à l'article 16 de ladite Convention et aux principes et règles de protection de la propriété intellectuelle, en particulier aux accords multilatéraux et bilatéraux signés ou négociés par les Parties contractantes à cette Convention.La Principauté de Liechtenstein encouragera l'utilisation du mécanisme de financement créé par la Convention pour promouvoir le transfert volontaire de droits de propriété intellectuelle détenus par des Liechtensteinois, en particulier en ce qui concerne l'octroi de licences, au moyen de décision et de mécanismes commerciaux normaux, tous en assurant la protection adéquate et efficace des droits de propriété.Papouasie-Nouvelle-GuinéeLe Gouvernement de l'État indépendant de la Papouasie-Nouvelle-Guinée déclare que, selon son interprétation, la ratification de la Convention ne vaut nullement renonciation à la responsabilité des États à raison des effets néfastes de la diversité biologique par dérogation aux principes du droit international général.Pays-Bas<right>Le 4 juin 2015</right>Le Royaume des Pays-Bas déclare, conformément au paragraphe 3 de l'article 27 de la Convention sur la diversité biologique, qu'il accepte les deux modes de règlement des différends mentionnés dans ce paragraphe comme obligatoire à l'égard de toute partie acceptant l'un ou les deux modes de règlement des différends.République arabe syrienneDéclaration :Il est entendu que cette signature ne constitue pas une reconnaissance d'Israël et ne saurait être interprétée comme devant conduire à l'établissement de relations quelconques avec Israël.Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du NordDéclaration faite lors de la signature et confirmée lors de la ratification :Le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord déclare qu'à son sens l'article 3 de la Convention énonce un principe directeur dont il doit être tenu compte pour l'application de la Convention.Le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord déclare également qu'à son sens les décisions que doit prendre la Conférence des Parties en vertu du paragraphe 1 de l'article 21 ont trait au "montant des ressources nécessaires" au mécanisme de financement et qu'aucune disposition de l'article 20 ou de l'article 21 n'autorise la Conférence des Parties à prendre des décisions au sujet du montant, de la nature, de la fréquence ou de l'importance des contributions des Parties au titre de la Convention.SoudanDéclaration interprétative :En ce qui concerne le principe énoncé à l'article 3, le Gouvernement soudanais en approuve l'esprit et interprète cet article comme signifiant qu'aucun État n'est responsable des activités qui échappent à son contrôle, même si elles sont exercées dans les limites de sa juridiction et sont susceptibles de causer des dommages à l'environnement dans d'autres États et dans les régions ne relevant d'aucune juridiction nationale.En ce qui concerne le paragraphe 2 de l'article 14, le Gouvernement soudanais estime que la question de la responsabilité et de la réparation pour dommages causés à la diversité biologique ne doit pas être une priorité selon la Convention car la nature et la portée des études qui seront entreprises conformément à cet article ne sont pas clairement définies. En outre, il considère que ces études devraient porter sur les effets de facteurs tels que les produits biotechnologiques, les changements écologiques, les manipulations génétiques et les pluies acides.SuisseLors de la signature :Déclaration :"Le Gouvernement suisse tient à souligner tout particulièrement les progrès accomplis dans l'établissement des conditions-cadres de la coopération entre les États dans un domaine important : celui des activités de recherche et du transfert de technologies portant sur les ressources en provenance de pays tiers."Ces dispositions importantes créent la plate-forme pour une coopération encore plus étroite avec les organismes ou institutions publics de recherche en Suisse, ainsi que pour le transfert de technologies dont disposent les organismes gouvernementaux ou publics, en particulier les universités et divers centres de recherche et de développement financés par des fonds publics."Nous avons compris que les ressources génétiques, acquises selon la procédure prévue à l'article 15 et développées par des institutions privées de recherches feront l'objet de programmes de coopération, de recherches conjointes et de transferts de technologies et ce, dans le respect des principes et des règles sur la protection de la propriété intellectuelle."Ces principes et règles sont essentiels pour la recherche et les investissements privés, en particulier dans les technologies de pointe, comme la biotechnologie moderne qui demande de grands efforts financiers. C'est sur la base de cette interprétation que le Gouvernement suisse voudrait indiquer qu'il est prêt à prendre, le moment venu, les mesures de politique générale appropriées, notamment en vertu des articles 16 et 19, dans le but de promouvoir et d'encourager la coopération, sur une base contractuelle, entre les entreprises suisses et les entreprises privées et les organismes gouvernementaux des autres Parties contractantes.En ce qui concerne la coopération financière, la Suisse interprète les dispositions des articles 20 et 21 de la façon suivante : les ressources à mettre en oeuvre et le système de gestion tiendron et intérêts des pays en développement ainsi que des possibilités et intérêts des pays développés."Lors de la ratification :Déclaration :"La Suisse souhaite réaffirmer l'importance qu'elle attache au transfert de technologie et à la biotechnologie en vue de garantir la protection et l'utilisation durable de la diversité biologique. Le respect des droits de propriété intellectuelle constitue un élément essentiel à la mise en oeuvre des politiques de transfert de technologie et de co-investissement.Pour la Suisse, le transfert de technologie et l'accès à la biotechnologie, tels que définis dans le texte de la Convention sur la diversité biologique, s'effectueront en conformité avec l'article 16 de ladite Convention et dans le respect des principes et des règles de protection de la propriété intellectuelle, et notamment des accords multilatéraux et bilatéraux signés ou négociés par les Parties contractantes de la présente Convention.La Suisse encourage le recours au mécanisme financier établi par la Convention pour promouvoir le transfert volontaire des droits de propriété intellectuelle détenus par les opérateurs suisses, notamment en ce qui concerne l'octroi de licences, par les décisions et des mécanismes commerciaux classiques, tout en assurant une protection appropriée et efficace des droits de propriété."Union européenneDéclaration :"Dans le cadre de leurs compétences respectives, la Communauté européenne et ses États membres souhaitent réaffirmer l'importance qu'ils attachent au transfert de technologie et à la biotechnologie en vue de garantir la protection et l'utilisation durable de la diversité biologique. Le respect des droits de propriété intellectuelle constitue un élément essentiel à la mise en oeuvre des politiques de transfert de technologie et de co-investissement."Pour la Communauté européenne et ses États membres, le transfert de technologie et l'accès à la biotechnologie, tels que définis dans le texte de la Convention sur la diversité biologique, s'effectueront en conformité avec l'article 16 de ladite Convention et dans le respect des principes et des règles de protection de la propriété intellectuelle, et notamment des accords multilatéraux et bilatéraux signés ou négociés par les Parties contractantes de la présente Convention."La Communauté européenne et ses États membres encourageront le recours au mécanisme financier établi par la Convention pour promouvoir le transfert volontaire des droits de propriété intellectuelle détenus par les opérateurs européens, notamment en ce qui concerne l'octroi de licences, par des décisions et des mécanismes commerciaux classiques, tout en assurant une protection appropriée et efficace des droits de propriété."1Aux fins de l’entrée en vigueur [de la Convention/du Protocole] , tout instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion déposé par une organisation d'intégration économique régionale ne doit être considéré en plus de ceux déposés par les États membres de cette organisation.2Le 28 juin 1999, le Gouvernement portugais a informé le Secrétaire général que la Convention s’appliquerait également à Macao. Par la suite, le Secrétaire général a reçu les communications suivantes aux dates indiqées ci-après : <i>Portugal (9 décembre 1999) : </i> Conformément à la Déclaration commune du Gouvernement de la République portugaise et du Gouvernement de la République populaire de Chine relative à la question de Macao, signée le 13 avril 1987, la République portugaise conservera la responsabilité internationale à l'égard de Macao jusqu'au 19 décembre 1999, date à laquelle la République populaire de Chine recouvrera l'exercice de la souveraineté sur Macao, avec effet au 20 décembre 1999. À compter du 20 décembre 1999, la République portugaise cessera d'être responsable des obligations et des droits internationaux découlant de l'application de la Convention à Macao. <i>Chine (15 décembre 1999) : </i> Conformément à la Déclaration conjointe du Gouvernement de la République populaire de Chine et du Gouvernement de la République portugaise sur la question de Macao, signée le 13 avril 1987, le Gouvernement de la République populaire de Chine recouvrera la souveraineté sur Macao à compter du 20 décembre 1999. À cette date, Macao deviendra une Région administrative spéciale de la République populaire de Chine; elle sera dotée d'une large autonomie, sauf pour ce qui est des affaires étrangères et de la défense, qui sont de la compétence du Gouvernement populaire central de la République populaire de Chine. À cet égard, [le Gouvernement de la République populaire de Chine communique au Secrétaire général ce qui suit] : La Convention sur la diversité biologique conclue à Nairobi le 5 juin 1992 (ci-après dénommée la "Convention"), pour laquelle le Gouvernement de la République populaire de Chine a déposé son instrument de ratification le 5 janvier 1993, s'appliquera à la Région administrativépublique populaire de Chine assumera la responsabilité du respect des droits et des obligations internationaux découlant de l'application de la Convention à la Région administrative spéciale de Macao. <i>Chine (Déclaration du 9 mai 2011) :</i> Conformément aux dispositions de la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Hong Kong (République populaire de Chine), le Gouvernement de la République populaire de Chine décide que la Convention s'applique à la Région administrative de Hong Kong (République populaire de Chine).3 À l'égard du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, du Bailliage de Jersey, des îles Vierges britanniques, des îles Caïmanes, de Gibraltar, de Sainte. Hélène et Sainte. Hélène et dépendances. Le 8 mai 2012, le Secrétaire général a reçu la communication suivante : … le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord souhaite que la ratification par le Royaume-Uni de la Convention sur la diversité biologique soit étendue au territoire ci-après dont le Royaume-Uni assume la responsabilité des relations internationales : Île de Man Le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord considère que l’extension de la Convention susmentionnée à l’Île de Man prendra effet le quatre-vingt-dixième jour après la date de dépôt de la présente notification [soit le 6 août 2012]. Le 27 mars 2015, le Secrétaire général a reçu la communication suivante : … le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord souhaite que la ratification par le Royaume-Uni de la Convention soit étendue au territoire des îles de Géorgie du Sud et Sandwich du Sud dont le Royaume-Uni assume la responsabilité des relations internationales. Le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord considère que l’extension de la Convention aux îles de Géorgie du Sud et Sandwich du Sud prend effet à la date du dépôt de la présente notification ... Le 14 juillet 2015, le Secrétaire général a reçu la communication suivante : D’ordre de mon gouvernement, j’ai l’honneur d’appeler votre attention, en votre qualité de dépositaire de la Convention sur la diversité biologique, sur la note que vous a adressée le 27 mars 2015 le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord en vue de faire appliquer la Convention aux îles de Géorgie du Sud et de Sandwich du Sud. Les îles Malvinas, de Géorgie du Sud et de Sandwich du Sud et les espaces maritimes environnants font partie intégrante du territoire national de la République argentine. Étant occupés illégitimement par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, ils font l’objet d’un différend de souveraineté reconnu par l’Organisation des Nations Unies et d’autres instances et organisations internationales. L’occupation illégitime de ces îles par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord a amené l’Assemblée générale des Nations Unies à adopter les résolutions 2065 (XX), 3169 (XXVIII), 31/49, 37/9, 38/12, 39/6, 40/21, 41/40, 42/19 et 43/25, par lesquelles elle reconnaît l’existence d’un différend de souveraineté concernant les îles Malvinas et appelle les Gouvernements de la République argentine et du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord à reprendre les négociations afin de trouver, dans les meilleurs délais, un règlement pacifique, équitable et durable au différend. Le Comité spécial de la décolonisation a lancé maints appels dans ce sens, le plus récent étant sous la forme de la résolution qu’il a adoptée le 25 juin 2015. Par conséquent, la République argentine rejette et formule une objection à la tentative faite par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord de faire appliquer la Convention sur la diversité biologique aux îles de Géorgie du Sud et de Sandwich du Sud. La République argentine rappelle que la Convention adoptée à Rio de Janeiro le 5 juin 1992 est applicable aux îles Malvinas, de Géorgie du Sud et de Sandwich du Sud parce qu’elles font partie intégrante du territoire de la République argentine, le Gouvernement argentin ayant ratifié la Convention le 22 novembre 1994. La République argentine réaffirme ses droits souverains sur les îles Malvinas, de Géorgie du Sud et de Sandwich du Sud et les espaces maritimes environnants. La République argentine vous serait reconnaissante de bien vouloir, en votre qualité de dépositaire de la Convention, prendre acte de la présente déclaration, en notifier les Parties et les Parties contractantes et la faire distribuer comme document de l’Organisation des Nations Unies. Le 29 juin 2016, le Secrétaire général a reçu la communication suivante : … le gouvernement du Royaume de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord souhaite que la ratification par le Royaume-Uni de la Convention soit étendue au territoire ci-après dont le Royaume-Uni assume la responsabilité des relations internationales : Îles Falkland. Le gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord considère que l'extension de la Convention au territoire des îles Falkland prendra effet à la date du dépôt de cette notification… Le 22 juillet 2016, le Secrétaire général a reçu une communication de la République argentine relativement à l'application territoriale par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord à l'égard de des îles Falkland (Malvinas). Voir C.N.566.2016.TREATIES-XXVII.8 en date du 29 juillet 2016 pour le texte de la communication susmentionnée. 4 Le 9 juillet 2014, le Secrétaire général a reçu du Gouvernement d'Espagne la communication suivante relative à l'application territoriale par le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord à Gibraltar : 1. Gibraltar est un territoire non autonome dont les relations extérieures sont sous la responsabilité du Royaume-Uni et qui fait l’objet d’un processus de décolonisation en accord avec les décisions et résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies. 2. Les autorités de Gibraltar ont un caractère local et exercent des compétences exclusivement internes qui trouvent leur origine et leur fondement dans une distribution et une attribution de compétences effectuées par le Royaume-Uni conformément aux dispositions de sa législation interne, en sa qualité d’État souverain dont dépend ledit territoire non autonome. 3. En conséquence, la participation éventuelle des autorités gibraltariennes à l’application de la Convention sera exercée exclusivement dans le cadre des compétences internes de Gibraltar et ne pourra être considérée comme modifiant quoi que ce soit les deux paragraphes précédents. 4. Le processus prévu par le Régime relatif aux autorités de Gibraltar dans le cadre de certains traités internationaux qui a fait l’objet d’un accord entre l’Espagne et le Royaume-Uni le 19 décembre 2007 (conjointement au « Régime convenu relatif aux autorités de Gibraltar dans le contexte des instruments de l’UE et de la CE et des traités connexes », en date du 19 avril 2000) s’applique à la présente Convention. 5. L’application à Gibraltar de la présente Convention ne peut être interprétée comme une reconnaissance de droits ou de situations quelconques relatifs aux espaces qui ne sont pas visés à l’article 10 du Traité d’Utrecht conclu entre les Couronnes d’Espagne et de Grande-Bretagne le 13 juillet 1713.5See note 1 under "Montenegro" in the "Historical Information" section in the front matter of this volume.6Le 4 juin 1999 : Pour les Antilles néerlandaises et Aruba.7Voir note 1 sous “ex-Yougoslavie” et note 1 sous “Yougoslavie” dans la partie “Informations de nature historique” qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.