CHAPITRE VII
TRAITE DES ÊTRES HUMAINS
3Convention internationale pour la répression de la traite des femmes et des enfantsGenève, 30 septembre 192115 juin 1922.15 juin 1922, No 2691Société des Nations, <i>Recueil des Traités</i>, vol. 9, p. 415; La Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l'exploitation de la prostitution d'autrui, conclue à Lake Success (New York) le 21 mars 1950, consolide les Protocoles, Conventions et Accords qui figurent au présent chapitre sous les nos 1 à 10. En outre, les dispositions de la Convention du 21 mars 1950 remplacent, entre les Parties, les dispositions des instruments mentionnées et annuleront ces instruments quand toutes les Parties seront devenues Parties à la Convention du 21 mars 1950, conformément à son article 28.
Ratifications ou adhésions définitivesAfghanistan<right> (10 avril 1935 a)</right>Albanie<right> (13 octobre 1924)</right>Allemagne<superscript>2</superscript><right> (8 juillet 1924)</right>Autriche<right> (9 août 1922)</right>Belgique<right> (15 juin 1922)</right>Brésil<right> (18 août 1933)</right>Empire britannique<superscript>3</superscript><right>(28 juin 1922)</right>N'engage pas l'île de Terre-Neuve, les colonies et protectorats britanniques, l'île de Nauru et les territoires administrés sous mandat par la Grande-Bretagne.Bahamas, Barbade (La), Ceylan, Chypre, Gibraltar, Grenade, Honduras britannique, Hong-kong, Kenia, (Colonie et Protectorat), Malte, Nyassaland, Rhodésie du Nord, Rhodésie du Sud, Sainte-Lucie, Saint-Vincent, Seychelles, Straits Settlements, Trinité-et-Tobago<right>(18 septembre 1922 a)</right>Fidji (îles), Guyane britannique<right> (24 octobre 1922 a)</right>Iles Sous-le-Vent, Jamaïque, Maurice<right> (7 mars 1924 a)</right>Falkland (Iles et Dépendances)<right> (8 mai 1924 a)</right>Côte de l'Or (Colonie)<right> (3 juillet 1924 a)</right>Sierra Leone (Colonie)<right>(16 novembre 1927 a)</right>Gambie (Colonie et Protectorat), Ouganda (Protectorat), Tanganyika (Territoire du)<right> (10 avril 1931 a)</right>Gilbert (Colonie des îles Gilbert et Ellice), Palestine (y compris la Transjordanie), Solomon (Protectorat des îles Salomon britanniques), Sarawak (Protectorat de)<right>(2 novembre 1931 a)</right>Zanzibar (Protectorat de)<right> (14 janvier 1932 a)</right>Birmanie<superscript>2,4,5</superscript>La Birmanie se réserve entièrement le droit de substituer l'âge de 16 ans ou tout âge plus élevé qui pourra être fixé ultérieurement à la limite d'âge prescrite au paragraphe B du Protocole final de la Convention du 4 mai 1910 et à l'article 5 de la Convention de 1921.Canada<right> (28 juin 1922)</right>Australie<right> (28 juin 1922)</right>N'engage pas la Papouasie, l'île de Norfolk et le territoire sous mandat de Nouvelle-Guinée.Papouasie, île de Norfolk,Nouvelle-Guinée,Nauru<right> (2 septembre 1936)</right>Nouvelle-Zélande<right>(28 juin 1922)</right>N'engage pas le territoire sous mandat du Samoa occidental.Union sud-africaine<right> (28 juin 1922)</right>Irlande<right> (18 mai 1934 a)</right>Inde<right> (28 juin 1922)</right>Se réserve entièrement le droit de substituer l'âge de 16 ans ou tout âge plus élevé qui pourra être fixé ultérieurement aux limites d'âge prescrites au paragraphe b du Protocole de clôture de la Convention du 4 mai 1910 et à l'article 5 de la présente Convention.Bulgarie<right> (29 avril 1925 a)</right>Chili<right> (15 janvier 1929)</right>Chine<superscript>6</superscript><right>24 février 1926)</right>Colombie<right> (8 novembre 1934)</right>Cuba<right> (7 mai 1923)</right>Danemark<superscript>7</superscript><right>(23 avril 1931 a)</right>Cette ratification n'engage pas le Groenland, la Convention, vu les circonstances spéciales, n'ayant pas d'importance pour cette possession.Egypte<right> (13 avril 1932 a)</right>Espagne<right> (12 mai 1924 a)</right>N'engage pas les possessions espagnoles en Afrique, ni les territoires du Protectorat espagnol au Maroc.Estonie<right> (28 février 1930)</right>Finlande<right> (16 août 1926 a)</right>France<right> (1<superscript>8</superscript></right>ermars 1926 a)N'engage pas les colonies françaises et les pays de protectorat français, ni les territoires sous mandat français.Syrie et Liban<right> (2 juin 1930 a)</right>Grèce<right> (9 avril 1923)</right>Hongrie<right> (25 avril 1925)</right>Irak<right> (15 mai 1925 a)</right>Le Gouvernement de l'Irak désire se réserver le droit de fixer l'âge limite plus bas qu'il n'est prescrit à l'article 5 de la Convention.Iran<right> (28 mars 1933)</right>Italie<right> (30 juin 1924)</right>Colonies italiennes<right> (27 juillet 1922 a)</right>Sous réserve que la limite d'âge des femmes et des enfants indigènes, indiquée à l'article 5, soit réduite de 21 ans révolus à 16 ans révolus.Japon<right> (15 décembre 1925)</right>N'engage pas la Corée, Formose, le territoire à bail du Kouan-toung, la section japonaise de l'île de Sakhaline, ni le territoire des Iles du Pacifique sous son mandat.Lettonie<right> (12 février 1924)</right>Lithuanie<right> (14 septembre 1931)</right>Luxembourg<right> (31 décembre 1929 a)</right>Mexique<right> (10 mai 1932 a)</right>Monaco<right> (18 juillet 1931 a)</right>Nicaragua<right> (12 décembre 1935 a)</right>Norvège<right> (16 août 1922)</right>Pays-Bas(y compris les Indes néerlandaises,Surinam et Curaçao)<right>(19 septembre 1923)</right>Pologne<right> (8 octobre 1924)</right>Portugal<superscript>5</superscript><right> (1<superscript>9</superscript></right>erdécembre 1923)Roumanie<right> (5 septembre 1923)</right> <i>Soudan</i> <right> (1</right>erjuin 1932 a)Suède<right> (9 juin 1925)</right>Suisse<right> (20 janvier 1926)</right>Tchécoslovaquie<right>(29 septembre 1923)</right>Thaïlande<right> (13 juillet 1922)</right>En faisant des réserves sur la limite d'âge prescrite au paragraphe b) du Protocole final de la Convention de 1910 et à l'article 5 de la présente Convention, en tant qu'ils s'appliquent aux ressortissants de la Thaïlande.Turquie<right> (15 avril 1937 a)</right>Uruguay<right> (21 octobre 1924 a)</right>Yougoslavie (ex)<right>(2 mai 1929 a)</right>
Signatures ou adhésions non encore suivies de ratificationCosta Rica <i>(a</i> )PanamaPérou <i>(a</i> )République Argentine <i>(a</i> )
Actes postérieurs à la date à laquelle le Secrétaire général del'Organisation des Nations Unies a assumé les fonctions de dépositaire
Participant<superscript>5,8</superscript>Adhésion(a), Succession(d)Bahamas10 juin 1976 dBélarus21 mai 1948 aChypre16 mai 1963 dFédération de Russie18 déc 1947 aFidji12 juin 1972 dGhana 7 avr 1958 dJamaïque30 juil 1964 dMacédonie du Nord<superscript>9</superscript>18 janv 1994 dMalte24 mars 1967 dMaurice18 juil 1969 dPakistan12 nov 1947 dRépublique tchèque<superscript>6</superscript>30 déc 1993 dSierra Leone13 mars 1962 dSingapour 7 juin 1966 dSlovaquie<superscript>6</superscript>28 mai 1993 dTrinité-et-Tobago11 avr 1966 dZambie26 mars 1973 dZimbabwe 1 déc 1998 d
1Voir le <i>Recueil des Traités </i> de la Société des Nations, vol. 9, p. 415. Conformément à l’article 11, la Convention est entrée en vigueur, pour chaque partie, à la date du dépôt de sa ratification ou de son acte d'adhésion.2Les 6 et 10 juin 1997, respectivement, le Secrétaire général a reçu des Gouvernements et britannique et chinois des communications eu égard au statut de Hong Kong (voir note 2 sous "Chine" et note 1 sous "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.). En reprenant l'exercice de sa couveraineté sur Hong Kong, le Gouvernement chinois a notifié au Secrétaire général que la Convention s'appliquera également à la Région administrative spéciale de Hong Kong.3Voir note 1 sous "Myanmar" dans la partie "Informations de nature historique", qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.4Voir note concernant les signatures, ratifications, adhésions, etc., au nom de la Chine (note 1 sous "Chine" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.).5Le 11 août 1999, le Gouvernement portugais a informé le Secrétaire général que la Convention s'appliquerait à Macao. Par la suite, le Secrétaire général a reçu des Gouvernements portugais et chinois des communications eu égard au statut de Macao (voir aussi note 1 sous "Portugal" et note 3 sous "Chine" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.). En reprenant l'exercice de sa couveraineté sur Macao, le Gouvernement chinois a notifié au Secrétaire général que la Convention s'appliquera également à la Région administrative spéciale de Macao.6Voir note 1 sous “République tchèque” et “Slovaquie” dans la partie “Informations de nature historique”, qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.7D'après une réserve formulée par le Gouvernement danois en ratifiant la Convention, celle-ci ne devait prendre effet, en ce qui concerne le Danemark, qu'à l'entrée en vigueur du Code pénal danois du 15 avril 1930. Ledit Code étant entré en vigueur le 1er janvier 1933, la Convention a pris effet, pour le Danemark, à partir de la même date.8Dans une notification reçue le 21 février 1974, le Gouvernement de la République démocratique allemande a indiqué que la République démocratique allemande avait déclaré la réapplication de la Convention à compter du 8 mars 1958. A cet égard, le Secrétaire général a reçu le 2 mars 1976, la communication suivante du Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne : Le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne déclare, au sujet de la communication de la République démocratique allemande, en date du 31 janvier 1974, concernant l'application à compter du 8 mars 1958 de la Convention internationale pour la suppression de la traite des femmes et des enfants du 30 septembre 1921, que dans les relations entre la République fédérale d'Allemagne et la République démocratique allemande, l'effet de cette déclaration ne remonte pas au-delà du 21 juin 1973. Par la suite, dans une communication reçue le 17 juin 1976, le Gouvernement de la République démocratique allemande a déclaré : Le Gouvernement de la République démocratique allemande est d'avis que, conformément aux règles applicables au droit international et à la pratique internationale des Etats, la réglementation concernant la réapplication des accords conclus en vertu du droit international est une affaire relevant de la compétence intérieure des Etats successeurs intéressés. Par conséquent, la République démocratique allemande a le droit de déterminer la date de réapplication de la Convention internationale pour la suppression de la traite des femmes et des enfants du 30 septembre 1921, à laquelle elle s'est déclarée être partie par voie de succession. Voir aussi note 2 sous "Allemagne" dans la partie "Informations de nature historique" qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.9Voir notes 1 sous "Bosnie-Herzegovine", "Croatie", "Ex-République yougoslave de Macédoine", "ex-Yougoslavie", "Slovénie" et "Yougoslavie" dans la partie “Informations de nature historique”, qui figure dans les pages préliminaires du présent volume.